5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

« Varoufakis pourrait être le prochain premier ministre de la Grèce, il faut donc l’anéantir maintenant »

24 juillet 2015

Opinion Alexis Tsipras Grèce oligarques referendum Syriza Yanis Varoufakis

Le blogueur grec Pitsirikos donne sa vision de la situation actuelle concernant Yanis Varoufakis.


701 mots   5183       Comments

En examinant la trajectoire du gouvernement de Tsipras après le référendum, je remarque qu’il n’a plus aucun éclat. Que s’est-il passé depuis le référendum ? Le Ministre de l’économie Yanis Varoufakis a démissionné. Et Alexis Tsipras a été obligé de faire un accord pour un Mémorandum. Finalement, tout le gouvernement se résumait à Varoufakis.

Que vous le trouviez sympathique ou pas, il n’était pas possible de ne pas reconnaître son éclat. Et sa connaissance. Son éclat est le produit de sa connaissance.

Que l’on soit d’accord ou pas avec lui, il faut reconnaître que Varoufakis est une étoile.

J’avoue lorsque j’ai appris la démission de Varoufakis, j’ai pensé que c’était un truc décidé entre Tsipras et lui.

Que vouliez-vous que je pense alors que le lendemain du NON qui gagne avec 61,3%, le premier ministre demande la démission de son ministre de l’économie ?

Je me mets à penser alors que Tsipras a fait le référendum en pensant que le OUI gagnerait et qu’il s’est juste fait avoir !

Et là tout est dévoilé. On voit la vérité sans maquillage. Et inexistante.

Ce n’est pas un hasard si Alexis Tsipras a essayé de diminuer la portée des paroles de Varoufakis lors de son interview à la télé (ERT) après l’accord pour le nouveau Mémorandum en disant qu’il est un bon économiste mais pas nécessairement un bon politique.

C’est donc Tsipras qui aurait du déchirer et abolir le Mémorandum et qui a fait un référendum où les citoyens se sont prononcés pour le NON à 61,3% et qui, par la suite, est allé signer l’accord pour le Mémorandum le plus sauvage, qui est un bon politique.

Ce n’est pas un bon politique, c’est un politicien qui s’agenouille.

Bien sûr Yanis Varoufakis a fait un erreur malgré lui :

En cachant, par sa présence, ces incroyables bonshommes aux têtes tristouilles, il a donné aux citoyens l’illusion que ce gouvernement était différent, bien meilleur, que ce qu’il voyait en réalité.

Maintenant, Yanis Varoufakis est l’objet d’attaques violentes de la part des médias des oligarques qui ont pris Tsipras en otage.

Varoufakis est présenté comme un adorateur de la drachme et un traître bien que tout le monde sache que la position de Varoufakis état le maintien dans la zone Euro.

En parallèle, Varoufakis est menacé d’être traîné aux tribunaux pour haute trahison car il a examiné, en tant que ministre de l’économie, un plan alternatif (un plan B).

Evidemment, ces accusations contre Varoufakis ne tiennent pas debout.

Ils essaient de le rendre responsable d’une part pour partager les responsabilités avec les politiciens qui ont conduit le pays à la banqueroute, afin de les blanchir, d’autre part pour faire peur à Tsipras qui sait mieux que quiconque que Varoufakis agissait en complète entente avec lui.

Il existe une troisième raison pour calomnier Varoufakis.

Varoufakis pourrait être le prochain premier ministre de la Grèce. Il en a les qualités. Au quintuple.

De sorte qu’il faut l'anéantir maintenant !

Du fait de l’attaque frontale que reçoit Yanis Varoufakis, nous comprenons qu’il est incontrôlable par les oligarques.

Zoï Kostantopoulou [la présidente du Parlement] reçoit une attaque similaire, de même que tous ceux qui ont voté contre le nouveau Mémorandum et mettent en danger la domination de Alexis Tsipras qui est maintenant dans les mains des oligarques. Il leur faut protéger celui qui est devenu « leur » Tsipras pour qu’ils puissent travailler tranquillement avec lui.

En Grèce il nous est difficile d’accepter que quelqu’un est meilleur ou plus intelligent que nous.

Moi ça ne me pose aucun problème.

Varoufakis est quelques crans au-dessus des autres politiques grecs et de la plupart des grecs.

Pourrons-nous le lui pardonner ?

(Et dire que je suis en désaccord avec la plupart des idées de Yanis Varoufakis).