5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le parlement met en place un comité d'enquête sur le "plan de sauvetage" de 240 milliards d'euros

7 avril 2015

Economie Politique comité crise dette Grèce parlement plan d'aide

Les députés grecs ont voté mardi en faveur de la création d’un comité chargé d’examiner les circonstances dans lesquelles la Grèce a accepté les « plans de sauvetage » d’un montant total de 240 milliards d’euros.


297 mots   1891       Comments

Parlement

La proposition a été approuvée avec 156 des 250 députés (sur 300) présents votant en faveur, 72 contre et 22 abstentions.

"Après cinq ans de silence parlementaire sur les principaux problèmes qui ont causé la catastrophe du sauvetage, aujourd'hui, nous commençons une procédure qui va donner des réponses aux questions qui concernent le peuple grec" a déclaré le Premier Ministre Alexis Tsipras aux parlementaires avant le vote qui s'est déroulé dans les premières heures de mardi.

Le comité, proposé par le parti de Tsipras, Syriza, et par son partenaire de coalition, les Grecs indépendants (ANEL), se penchera sur la façon dont la Grèce a négocié les accords et sur toutes les autres questions concernant les plans de sauvetage et leur mise en œuvre.

Les actions du comité comprennent également la révision du déficit budgétaire de 2009, dont les chiffres à géométrie variable avaient été l'un des déclencheurs de la crise budgétaire du pays, l'analyse de la restructuration de la dette en 2012 et de la recapitalisation des banques du pays.

L'ancien Premier ministre Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie) avait déposé une proposition visant à étendre cette enquête depuis 1981. Cette question sera discutée au Parlement dans une session ultérieure.

Cependant Nouvelle Démocratie a voté contre la création du comité, ainsi que le PASOK. To Potami et KKE ont voté "présent" (sans avis). Les députés de l'Aube Dorée étaient absents.

Le comité sera composé de 17 membres en proportion des partis présents au parlement et devrait terminer ses travaux dans les six mois.

Un autre comité parlementaire a également été mis en place pour auditer les raisons qui ont causé le gonflement de la dette.