5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Luxleaks : 9 entreprises grecques ont profité d'ententes fiscales secrètes avec le Luxembourg

6 novembre 2014

Economie évasion fiscale Grèce impots Luxembourg luxleaks Spiros Latsis

Le Luxleaks montre que parmi les 340 entreprises qui ont bénéficié d’accords fiscaux secrets avec les autorités du Luxembourg, 9 sont grecques.


544 mots   1367       Comments

icij-main-stamp_on_right_0Le Groupe EFG, dans lequel la puissante famille Latsis est impliquée, et Weather Investments, qui opère en Grèce sous le nom Wind Hellas (entreprise de télécommunication), font partie d'un certain nombre de sociétés associées avec la Grèce qui sont parmi les milliers de sociétés internationales qui ont des accords de plusieurs millions d'euros avec les autorités Luxembourgeoises qui les aident à réduire leur facture d'impôt.

Des copies des accords font partie d'une fuite de près de 28 000 pages de correspondance entre PricewaterhouseCoopers au Luxembourg et les autorités fiscales qui ont été partagées par le Consortium International des Journalistes d'Investigation (ICIJ) basé à Washington en coopération avec 40 groupes de presse du monde entier.

Les documents montrent que neuf entreprises avec des liens en Grèce ont eu des ententes fiscales secrètes approuvées par les autorités luxembourgeoises. Sur ces neuf entreprises, seules cinq ont été nommées, dont Babcock & Brown, Macquarie Group et Olayan Investments Company Establishment. Les noms des quatre sociétés restantes seront dévoilées entre le 7 et le 30 novembre sur le site de l'ICIJ.

Les noms des 9 entreprises opérant en grèce et qui ont des ententes fiscales secrètes avec les autorités luxembourgeoises

Les noms des 9 entreprises opérant en grèce et qui ont des ententes fiscales secrètes avec les autorités luxembourgeoises

Eurobank faisait partie du Groupe EFG lorsque les accords ont été signés. Spiros Latsis, dont la richesse d'environ 3,2 milliards de dollars lui a valu lieu d'être classé 506ème dans la dernière liste de Forbes des milliardaires, est le président de EFG International , qui est détenue à 55% par le Groupe EFG.

Bien que ces ententes privées soient légales au Luxembourg, The Guardian a décrit ces ententes fiscales comme "une image accablante d'un Etat de l'UE qui entérine tranquillement l'évasion fiscale à l'échelle industrielle".

The Guardian rappelle par ailleurs que l'énorme industrie de l'évasion fiscale du Luxembourg a été développée durant les années où le nouveau président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, était le ministre des Finances puis le Premier Ministre du minuscule État-membre de l'UE.

Les documents montrent que quelques 340 sociétés internationales, comme Pepsi, Ikea ou FedEx, ont obtenu des accords fiscaux secrets au Luxembourg, ce qui permet à beaucoup d'entre elles de réduire leur facture fiscale globale tout en conservant peu de présence dans le petit duché d'Europe occidentale.

L’enquête révèle que ces entreprises ont pu transférer leurs bénéfices dans le pays afin qu’ils ne soient pas ou peu taxés, et que le Luxembourg a joué un rôle très actif pour faciliter les montages fiscaux les plus adaptés.

luxleaks

Le ICIJ a choisi de travailler avec le quotidien grec Ta Nea dans la publication des documents. Contrairement à d'autres groupes de presse, comme le Guardian ou le Irish Times, la page d'accueil de Ta Nea n'a nommé aucune des sociétés grecques impliquées, mardi soir, quand l'histoire a éclaté. Elle ne semble pas non plus avoir expliqué l'histoire principale dans son édition de mercredi.

Comment les accords fiscaux secrets fonctionnent (anglais) :