5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Podemos et Syriza, deux forces politiques solidaires qui aspirent à gouverner

15 octobre 2014

Politique Espagne Grèce Podemos Syriza

En plus de leur travail commun au sein du même groupe au Parlement Européen, Podemos et Syriza ont déclaré récemment leur volonté de travailler ensemble sur différents projets.


500 mots   1449       Comments

photo : Podemos

photo : Podemos

Pablo Iglesias, porte-parole du parti politique espagnol Podemos, a participé en tant qu’invité d’honneur aux côtés d’Alexis Tsipras à la clôture du Festival de la Jeunesse organisé par Syriza, la principale force de gauche en Grèce que les sondages situent comme future gagnante des élections face aux partis d’austérité.

Lors de la rencontre à Athènes, intitulée « Aliance pour le changement politique en Europe » et à laquelle des milliers de personnes ont assisté, le porte-parole de Podemos a tracé un fil commun qui unit les deux pays : « Ils ont voulu nous transformer en main d’oeuvre bon marché, et que nos jeunes servent le café aux touristes riches. Mais nous disons à toutes ces hyènes que nous sommes fiers d’appartenir à Podemos et à Syriza qui se reconnaissent mutuellement comme des forces politiques prêtes à gouverner ».

Syriza « l’allié naturel de Podemos en Grèce »

Dans son discours, Iglesias a parlé de la nécessité de construire un axe de solidarité et une alliance entre les pays du sud de l’Europe, ceux qui ont le plus souffert des politiques de la Troïka, pour proposer un modèle alternatif basé sur la défense de la démocratie et des droits humains face à la toute puissante « internationale des finances ». Anticipant la victoire de Syriza aux prochaines élections, le porte-parole de Podemos a assuré que c’est à partir de ce moment-là que le défi commencera vraiment, lorsque les peuples du sud devront faire face aux pouvoirs financiers pour défendre leur souveraineté et la dignité des citoyens.

Il a également qualifié Syriza « d’allié naturel de Podemos en Grèce », car les deux formations politiques sont unies par « la possibilité de gouverner » ainsi que par le pari de  « restructurer la dette et mettre en oeuvre un plan de sauvetage qui permettra de corriger le désastre causé par les politiques d’austérité ».

« Podemos peut devenir le Syriza espagnol »

Pour sa part, Alexis Tsipras a assuré que « Podemos peut devenir le Syriza espagnol ». Il a annoncé que l’heure du changement est de plus en plus proche en Grèce. Ainsi, il a garanti que « Syriza ne va pas faire de promesses impossibles mais qu’il va accomplir son programme à la lettre. Les droits sociaux ne sont pas négociables. Le jour de la victoire ne marquera pas une fin mais un début ». Et il a appelé les peuples d’Europe à s’unir à eux dans cette lutte.

En plus de leur travail commun au sein du même groupe au Parlement Européen, Podemos et Syriza ont déclaré récemment leur volonté de travailler ensemble sur différents projets, comme par exemple l’organisation d’une grande conférence internationale sur le problème de la dette. Par ailleurs, Alexis Tsipras participera au congrès de Podemos qui se déroulera à Madrid les 18 et 19 octobre prochains.

Source : nueavatribuna

Traduction : Sonia pour Okeanews