5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Fraude de 600 millions d'euros de l'industrie automobile allemande en Grèce

2 octobre 2014

Scandale BMW contrebande corruption fraude Grèce Mercedes pots de vin

Évasion fiscale de très grande ampleur, sérieux indices de marché noir automobile et corruption de hauts fonctionnaires par l’industrie automobile allemande : c’est ce que révèlent la radio Kokkino – 105.5 et Der Spiegel. De solides indices d’importation clandestine de voitures par BMW et des aveux de corruption de hauts fonctionnaires grecs par DAIMLER BENZ (maison mère de Mercedes) constituent, entre autres, l’éventail des pratiques illégales des entreprises allemandes en Grèce.


475 mots   6284       Comments

BMW-MERCEDES-GRECE
Selon les révélations faites le 30 septembre 2014 lors de l'émission de Kostas Arvanitis (à la suite d'un reportage du mois dernier sur le même sujet – par Stathis Shinas, Thodoris Kouvakas (collaborateur du périodique allemand Spiegel) et Giorgos Andris (FM VOICE)), l'administration grecque chargée de la répression des fraudes fiscales (SDOE) a délivré aux services des impôts compétents des éléments faisant acte d'une évasion fiscale de 200 millions d'euros de la part de BMW et MERCEDES. Une fois cumulés les amendes et d'autres ajouts, le total s'élèverait à 600 millions d'euros. Mais il semblerait que l'affaire en soit au point mort.

Il est à noter que, lors d'une émission télévisée, Adonis Giorgiadis, représentant parlementaire de la Nouvelle Démocratie, a reconnu l'existence de cette affaire, indiquant de manière évasive que l'affaire était entre les mains de la Justice.

L'article du Spiegel

L'article du Spiegel

Le Spiegel révèle également concernant le probable trafic clandestin de voitures par BMW, qu'un nouveau cas de véhicule présentant des numéros d'immatriculation différents sur la carte grise et sur les plaques a été rapporté. Dans le même temps, une autre affaire reste ouverte : celle de la « disparition » de plus de 200 véhicules d'un ensemble de 1200 véhicules déchargés à Volos, dont environ 950 ont été dédouanés. Concernant l'enquête ordonnée par le procureur au sujet de la corruption à Thessalonique, aucune annonce officielle n'a été faite.

Le Spiegel précise également que concernant les faits de corruption, un document du tribunal de Columbia (États-Unis) indique que la maison mère de Mercedes a corrompu des hauts fonctionnaires dans 22 pays, dont la Grèce – pays où la question, jusqu'à présent, n'a pas suscité l'intérêt des instances gouvernementales.

La décision du tribunal de Columbia

Page 3, paragraphe 7, il est mentionné que, durant la période 1998-2008, des officiels grecs et de 21 autres pays ont été corrompus, de manière à « assurer à Daimler des contrats avec des clients gouvernementaux, à hauteur de centaines de millions d'euros ».

Dimitris Gelalis, responsable de l'équipe parlementaire de Syriza sur les questions de politique fiscale, a présenté de manière globale, durant l'émission, la problématique de l'évasion fiscale des entreprises allemandes en Grèce, où l'on trouve, outre les grands noms de l'industrie automobile, des entreprises telles que Hochtief (autre scandale en cours, lire ici), les entreprises MEDIA MARKT, SATURN et MAN.

L'union des industriels allemands serait intervenue auprès de Merkel sur le sujet. D'autre part, durant sa visite à Berlin en novembre dernier, Samaras accompagné de Schaüble aurait rencontré le PDG de Mercedes, au Hilton de Berlin. Le sujet et le déroulement de cette rencontre sont l'objet d'un silence total.

source : stokokkino et Der Spiegel