5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Prison ferme pour tentative de meurtre pour une figure de l'Aube Dorée

23 septembre 2014

Fascisme Justice Aube Dorée Grèce prison

JailGoldenDawn indique que l’observation du procureur que les accusés ne parlaient pas librement parce qu’ils craignaient pour eux-mêmes et leurs familles est « une référence directe à des pratiques mafieuses de l’Aube Dorée », qui, selon l’initiative, sont de plus en plus apparentes au niveau social, institutionnel et juridique.


608 mots   938       Comments

Des membres de l'Aube Dorée devant le centre de détention pour migrants de Corinthe en 2012. A droite, Vasilis Siatoumis (photo : Ethnos.gr)

Des membres de l'Aube Dorée devant le centre de détention pour migrants de Corinthe en 2012. A droite, Vasilis Siatoumis (photo : Ethnos.gr)

Un tribunal d'Athènes a décidé une peine de prison de plus de 11 ans pour un ancien membre du comité central de l'Aube Dorée et candidat à l'élection locale du parti néonazi pour tentative d'assassinat, possession et utilisation d'arme à feu.

Le tribunal de jury mixte Athènes a rendu son verdict : Vasilis Siatounis et Athanasios Stratos sont donc coupables d'avoir participé à une attaque sur l'espace alternatif Antipnoia à Kato Petralona le 30 Juin 2008, lors de laquelle un ressortissant grec et un ressortissant espagnol avaient été poignardés. Stratos a reçu une peine de prison de 13 ½ ans pour son rôle dans l'attaque.

Quatre personnes assistaient à un cours de langue espagnole au centre, quand un homme portant un casque est entré dans la salle en criant "Salutations de l'AUbe Dorée! Vous allez mourir, br*nleurs !" Il fut suivi par un groupe de 10-15 personnes détenant des couteaux et des bâtons, qui se sont mis à attaquer les personnes à l'intérieur de l'espace alternatif, blessant deux personnes, dont une gravement. Selon le procureur, la pièce avait été laissée "couverte de sang et méconnaissable" après "l'invasion lâche".

L'une des victimes a identifié Stratos comme son agresseur, a dit avoir été frappé à la tête avec une chaise puis poignardé au genou et au niveau des fesses. La victime a ensuite passé 20 jours à l'hôpital et a nécessité huit transfusions sanguines.

La professeure d'espagnol, qui a identifié Siatounis comme son agresseur, a déclaré que le premier coup de couteau avait coupé son pantalon. Elle se demande encore ce qui serait arrivé si le leader n'avait pas ordonné l'arrêt de l'attaque.

A la barre, les prévenus ont contredit les déclarations antérieures dans lesquelles ils avaient admis avoir participé à un cortège de l'Aube Dorée pour distribuer des dépliants. Dans ce témoignage, ils avaient affirmé ne jamais être entré dans le centre et avoir pris la fuite dans la panique quand ils ont réalisé qu'une attaque avait lieu.

Quand un avocat représentant les victimes a demandé de lire des déclarations antérieures aux accusés, la défense a contesté, affirmant que les avocats de l'Aube Dorée avaient écrit ces déclarations sans leur consentement.

Il s'agissait d'une tentative de dissocier l'Aube dorée de l'affaire, selon JailGoldenDawn , l'initiative d'un avocat qui surveille les cas contre les membres du parti néonazi.

JailGoldenDawn indique également que l'observation du procureur que les accusés ne parlaient pas librement parce qu'ils craignaient pour eux-mêmes et leurs familles est "une référence directe à des pratiques mafieuses de l'Aube Dorée", qui, selon l'initiative, sont de plus en plus apparentes au niveau social, institutionnel et juridique.

35_grafimaAprès l'attaque, l'Aube Dorée a nié que Siatounis et Stratos étaient membres du parti. Mais selon une liste des membres du comité central de l'Aube Dorée depuis 2008, qui a été publiée récemment dans le Journal des rédacteurs, Siatounis était membre du conseil suprême du parti quand l'attaque s'est produite (voir ci-contre).

Il était également un candidat pour le parti lors des élections municipales d'Athènes de 2010 et a ensuite été nommé conseiller auprès de Nikos Michaloliakos, le leader de l'Aube dorée.

Initialement classé comme un délit, le procès pénal contre les deux hommes avait été reporté 12 fois.

source : le blog de Damomac

traduction : Okeanos / Okeanews