5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un rapport de police identifie plusieurs officiers ayant des liens avec l'Aube Dorée

18 septembre 2014

Actualité Police Aube Dorée enquête Grèce police rapport

Le rapport, qui est le résultat d’un an d’enquête, intervient alors que les procureurs se préparent pour un procès criminel contre des dizaines de membres de l’Aube Dorée dans les prochaines semaines.


344 mots   674       Comments

okeanews_athenes_schauble_police_11Un an après le meurtre de Pavlos Fyssas par un partisan de l'Aube Dorée sur fond d'allégations de liens entre le parti néo-fasciste et la police hellénique, un rapport du département des affaires internes des forces de police aurait identifié plusieurs officiers qui auraient été affiliés au parti et qui auraient couverts des infractions attribuées à des partisans de l'Aube Dorée.

Le rapport, qui est le résultat d'un an d'enquête, intervient alors que les procureurs se préparent pour un procès criminel contre des dizaines de membres de l'Aube Dorée dans les prochaines semaines.

Les autorités judiciaires ont reçu les détails de tous les officiers identifiés dans le rapport.

L'un des suspects de 48 ans est un officier de la sécurité d'un armateur et ancien membre de l'unité des forces spéciales de la police (EKAM). L'homme, connu sous le nom "Babis" aurait déclaré publiquement son allégeance à l'Aube Dorée, aurait négocié des pistolets Taser et serait soupçonné d'avoir été impliqué dans une bagarre avec un parlementaire de SYRIZA.

Le rapport a également identifié un officier de la police de sécurité de Galatsi en tant que membre de l'Aube Dorée connu comme "le tortionnaire de Patissia". Il serait accusé d'avoir affiché un comportement raciste envers les immigrés et aurait refusé d'enregistrer les allégations de violence impliquant ses collègues.

Un agent du commissariat de police de Nikaia (banlieue d'Athènes) serait accusé d'avoir été soudoyé par des officiels de l'Aube Dorée pour ne pas traiter les cas impliquant des partisans du parti. Un autre officier de Larissa de 38 ans serait accusé d'avoir collaboré avec un député de l'Aube Dorée lors d'une attaque sur un migrant.

Le rapport fait également référence à un policier du centre de détention des migrants d'Amygdaleza, dans le nord d'Athènes, qui serrait accusé d'y avoir battu les migrants, maudissant leur religion et se déclarant partisan de l'Aube Dorée.