5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

L’Aube Dorée sous les ordres du cabinet du Premier Ministre

18 septembre 2014

Polémique Politique Antonis Samaras Aube Dorée cabinet du premier ministre Nouvelle Démocratie Takis Baltakos

Les votes du groupe parlementaire du parti néonazi grec auraient été directement orientés par le cabinet du premier ministre


341 mots   1155       Comments

Baltakos et Samaras au Parlement (photo : Le journal des rédacteurs)

Baltakos et Samaras au Parlement (photo : Le journal des rédacteurs)

Le Journal des Rédacteurs révèle aujourd’hui que l’Aube Dorée votait au Parlement en suivant les instructions et les ordres du plus proche conseiller du premier ministre A. Samaras.

Dimitris Psaras, journaliste spécialiste des extrêmes droites et auteur du "Livre noir de l'Aube Dorée",  note dans son reportage que le secrétaire général du gouvernement de l’époque, Takis Baltakos, orientait par téléphone portable les membres de l’Aube Dorée concernant ce qu’ils devaient voter au Parlement.

Il résulte des messages envoyés que le dispositif de Nea Dimokratia et du premier ministre en personne incitait les néonazis à la violence verbale et aux voies de fait dans le bâtiment du Parlement.

Le fait que le travail parlementaire des néonazis soit déterminé par le cabinet du premier ministre est confirmé par un détail intéressant du nouveau livre de Dimitris Psaras intitulé «L'Aube Dorée face à la Justice».

Lorsque l’assassinat de Pavlos Fyssas a forcé le gouvernement Samaras - Venizélos à faire arrêter les cadres dirigeants du parti Aube Dorée, l’activité parlementaire du parti a significativement baissé.

Comme l’explique D. Psaras "dans le délai jusqu’aux arrestations de ses membres (du 7/7/2012 au 28/9/2013), Aube Dorée a soumis au Parlement 2.205 demandes parlementaires au total (1.760 questions, 242 questions d’actualité et 155 rapports) tandis qu'après les arrestations (d’octobre 2013 à fin juillet 2014) elle n’en a soumis que 648".

Selon Aris Chatzistefanou, sans la guidance de Samaras, il est possible que les néonazis aient perdu tout intérêt concernant le travail parlementaire.

Rappelons que Takis Baltakos était le plus proche conseiller du premier ministre et a été contraint de démissionner suite à une vidéo diffusée par Aube Dorée le montrant en conversation très cordiale avec le porte parole du parti néonazi :