5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le délire de rentrée de l'évêque Séraphim du Pirée

16 septembre 2014

Société communisme Eglise Grèce guerre civile intolérance

Les enseignants du Pirée expliquent que « l’évêque a considéré que, les élèves ne se tenant pas tranquilles durant la cérémonie, ils avaient un comportement comparable uniquement à celui des communistes »


239 mots   1207       Comments

Selon une communication des enseignants des écoles publiques du Pirée, ce représentant de l’Eglise "a considéré que les élèves ne se tenaient pas tranquilles lors de la cérémonie, est passé à l’attaque en prononçant de vulgaires injures anticommunistes. Il a même procédé à des jugements politiques concernant les régimes de l’ex-Union soviétique et d’Europe de l’Est".

"Il le fit en déterrant les pires souvenirs du peuple grec, où les dirigeants de l’Église, de concert avec les régimes les plus autoritaires et prônant l’exploitation la plus extrême, luttaient avec rage contre le communisme et toute idée de libération, contrairement aux membres inférieurs du clergé qui ont grossi les rangs de la Résistance nationale contre les envahisseurs".

Face à la réaction justifiée des élèves confrontés à ce délire, l’évêque Séraphim a quitté la cérémonie de la bénédiction en plein milieu et est parti. Ainsi, c’est plutôt la conscience politique intolérante qui a pris le dessus sur la conscience religieuse…

Les enseignants du Pirée soulignent que " si l’Eglise ne peut pas isoler ce type de conceptions, c’est la communauté scolaire qui devra les éloigner des écoles".

"Nous, nous rappelons les demandes de séparation entre l’Église, l’État et l’enseignement."