5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un homme d'affaire de la Nouvelle Démocratie aurait financé une branche du parti néonazi Aube Dorée

15 août 2014

Fascisme Politique Aube Dorée Fascisme Grèce Human Right First Nouvelle Démocratie racisme

Un transfuge du parti néonazi dévoile les liens financiers entre un homme d'affaire de la Nouvelle Démocratie et une antenne locale du parti néonazi Aube Dorée


840 mots   1191       Comments

screenshot-2014-08-14-22-47-13

Une branche provinciale du parti néonazi Aube Dorée aurait été financée par un riche homme d’affaire qui était membre de Nouvelle Démocratie. Elle jouissait d’une immunité accordée par la police. C’est ce qu’un transfuge d’Aube Dorée a dit à une organisation US majeure pour les droits de l’homme.

L’homme, dont l’identité est maintenue secrète, a dit à Human Rights First (les droits humains d'abord) que l’homme d’affaires a accordé son soutien financier à Aube Dorée parce qu’il souhaitait qu’elle obtienne de bons résultats à l’élection nationale de 2012, de sorte que Nouvelle Démocratie puisse mettre fin à son alliance inconfortable avec PASOK et face équipe avec Aube Dorée.

"Aube Dorée est le bras « milice » de la Nouvelle Démocratie", a dit l’homme d’affaires au transfuge qui témoignera au procès pénal de dirigeants d'Aube Dorée qui doit se dérouler prochainement, et qui devrait commencer au mois de novembre. Il a également dit que l’homme d’affaires a dépensé plus de $1,500 (€1,100) en habits militaires pour ses cadres. Il a également payé pour les locaux et leur a donné des conseils tels que, entre autres, de ne "pas attaquer des migrants en plein jour".

Le transfuge a également dit à Human Rights First que l’unité d’Aube Dorée à laquelle il appartenait jouissait d’une immunité accordée par la police.

"La police avait des ordres précis de ne pas nous toucher," a-t-il dit en ajoutant que lorsque quatre membres d’Aube Dorée avaient agressé deux migrants Pakistanais et les avaient « battus très, très mal », il a reçu un coup de fil du directeur local de la police qui avait des liens avec le patron local d’Aube Dorée et qui lui a dit que l’affaire ne ferait pas l’objet d’une enquête.

"Une fois qu’ils se sont rendus compte qu’ils pouvaient opérer en toute impunité, ils se tournèrent vers l’intimidation pour l’argent, mettant à la porte des locataires récalcitrants et en recouvrant des dettes," poursuit le rapport.

L’homme a dit que sa branche d’Aube Dorée comptait plus de 2 000 membres et qu’elle se trouvait dans une région où le taux de chômage était de 50%.

Son témoignage est inclus dans un rapport complet (pdf), publié le 14 août par Human Rights First, qui analyse la montée et la menace que représentent les « partis de la haine », Aube Dorée, en Grèce et Jobbik, en Hongrie.

"Aube Dorée n’est pas un parti ultranationaliste ordinaire. Aucun autre parti d’extrême droite, en Europe, n’est aussi furieusement raciste, nativiste et violent, aucun n’est aussi injurieusement antisémite et aucun n’appelle aussi ouvertement au renversement de l’état," explique le rapport intitulé We’re not Nazis, but…  (Nous ne sommes pas des nazis, mais…) et écrit par Sonni Efron et Tad Stahnke.

Malgré les menaces dont il fait l’objet, le transfuge a l’intention de témoigner qu’Aube Dorée est « une organisation criminelle », comme l’accuse le gouvernement. Mais, a-t-il ajouté, le gouvernement a permis à AD de grandir à son profit et n’a décidé de la poursuivre en justice que lorsque l’organisation est devenue trop puissante.

‘Organisation criminelle’ est une appellation correcte et précise, car Aube Dorée organisait une armée. Un des principaux préalables à remplir pour monter dans la hiérarchie était de suivre une formation dans des camps spéciaux,” dit le transfuge. Le rapport est également critique envers Nouvelle Démocratie et sa "rhétorique incendiaire" durant la période préélectorale de 2012.

Il dit que le chef de Nouvelle Démocratie “Antonis Samaras a sauté dans le wagon anti-migrant, en proclamant que ‘Nos cités sont occupées par les migrants clandestins, nous devons les reprendre.’

"En adoptant une rhétorique incendiaire de cette espèce, Nouvelle Démocratie n’a pas réussi à montrer aux citoyens que le migration incontrôlée et les conditions de vie des migrants seraient correctement abordées, qu’il n’était pas nécessaire d’avoir recours à la violence ou que les membres des groupes d’auto-défense seraient punis."

Outre le fait de souligner le besoin “d'une poursuite pénale crédible d'Aube Dorée qui réponde aux normes judiciaires européennes supérieures et non teintée d'accusations de motivations politiques”, le rapport invite également le gouvernement à “adopter une politique tolérance-zéro et à condamner fermement les déclarations racistes, antisémites ou homophobes faites par les officiels et les membres du parti de Nouvelle Démocratie”. D’autres partis devraient également être encouragés à faire de même.


Version anglaise d'origine disponible sur le blog de Damian

Version anglaise également disponible sur Okeanews

Traduction : Christine pour Okeanews.

Suivez Damian sur twitter.