5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Samaras veut "relancer" l'emploi avec 300.000 "stages" ...

7 août 2014

Emploi Antonis Samaras Grèce stages

... ou dissimuler le chômage ?


344 mots   723       Comments

Antonis Samaras, lorsqu'il proposa du wifi gratuit pour lutter contre le sentiment des jeunes d'un manque de démocratie en Grèce

Antonis Samaras, lorsqu'il proposa en novembre 2013 "du wifi gratuit pour tout le monde" pour lutter contre la crise de la démocratie en Grèce

Suite à la réunion qu’il a eue avec la direction du ministère du travail, le premier ministre Antonis Samaras a annoncé des programmes de renforcement de l’emploi (de dissimulation du chômage ?) d’un montant total de 750 millions d’euros.

Ainsi, 600 millions d’euros devraient être décaissés du nouveau ESPA (cadre national stratégique pour la croissance) en 2014. Le gouvernement est arrivé à en assurer l’approbation.

Ce que le premier ministre annonce concernant de prétendus programmes pour l’emploi et la formation de chômeurs mal payés, recevant une rémunération nettement inférieure au salaire minimum déjà réduit à peau de chagrin, pour du travail flexible et non assuré, qui ne luttent pas le moins du monde contre le chômage dramatique causés par les politiques d’austérité du gouvernement mais, au contraire, ne font que le recycler entre chômeurs en termes d’esclavage contemporain. Ainsi, les stages reviennent dans le secteur privé, à l’avantage non pas des chômeurs mais des grandes entreprises qui sont généreusement subventionnées.

C’est en ces termes que D. Stratoulis, de Syriza, aurait commenté la communication du premier ministre.

Les programmes comportent une formation de 80 heures consacrée au développement de compétences de personnes qui, en règle générale, n’ont pas d’expérience professionnelle. Ils comportent également un stage pratique de 450 heures, sur six mois et des services de soutien et de conseil aux bénéficiaires. Chacun des bénéficiaires recevra entre 1 740 et 1 950 euros, ce qui porterait le nombre de "stages" à plus de 300.000 avec le budget de 600 millions d'euros.

Ainsi, pour le stage pratique de six mois, avec une rémunération nette de 1 950 euros, le bénéficiaire recevra 325 euros pour chaque mois de travail, plus ses cotisations sociales.

A suivre...