5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Xenios Zeus : 2 ans de ratissage dans le centre d'Athènes

4 août 2014

Droits de l'homme Immigration Police Grèce ratissage Thésée Thetis Xenios Zeus

L'anniversaire honteux de l'opération "Zeus l'hospitalier".


635 mots   1041       Comments

Aujourd'hui marque l'anniversaire des deux ans de violations menées par la police grecque contre les migrants et les demandeurs d'asile à Athènes sous le nom de l'opération "Xenios Zeus", ironiquement nommée comme le dieu grec de l'hospitalité.

L'accueil des migrants, selon la nouvelle mythologie grecque

L'accueil des migrants, selon la nouvelle mythologie grecque

Dans les rues de la capitale de la Grèce, les arrestations et les recherches abusives de la police sont une réalité quotidienne. La police a arrêté des dizaines de milliers de personnes présumées être des migrants en situation irrégulière. Les gens qui semblent être des étrangers sont soumis à des contrôles systématiques, à des fouilles injustifiées de leurs biens, à des insultes, et, dans certains cas, à de la violence physique.

Même lorsque ces personnes ont des documents d'identité prouvant qu'ils ont légalement le droit d'être en Grèce, cela n'empêche pas toujours la police de les transférer à un poste de police où ils peuvent être tenus pendant des heures en attendant la «vérification» de leur statut. Human Rights Watch a documenté ces violations dans le rapport de Juin 2013 "Unwelcome Guests" (les invités de trop / importuns).

Une partie du problème est que selon le droit grec, les policiers ont de larges pouvoirs pour arrêter les gens et les obliger à fournir une preuve de leur identité sans aucun soupçon de délit criminel. Il n'y a pas de garanties juridiques ou de directives des contrôles d'identité dans le contrôle de l'immigration, et les agents ne sont pas formés sur les questions d'immigration et d'asile.

Dans un rapport accablant datant de décembre 2013, l'Agence européenne des droits fondamentaux a déclaré que "alors que les contrôles à l'immigration doivent être menés, l'efficience et l'efficacité de la façon dont l'opération Xenios Zeus est effectuée sont discutables". Le Médiateur grec a critiqué l'opération en Septembre 2013, disant qu'elle était disproportionnée et discriminatoire.

Malgré l'adoption d'une loi en mars dernier qui rend plus facile pour les gens de se plaindre de l'inconduite de l'application de la loi et l'ajout de comportements racistes et discriminatoires fondés sur l'origine ethnique ou la religion comme motif de plainte contre la police, la conduite des forces de l'ordre lors de ces arrêts continuent à laisser beaucoup à désirer.

Le gouvernement grec n'a pas révisé les pouvoirs d'arrêter et de rechercher en masse, ni n'a pas adopté les réformes juridiques et politiques nécessaires pour s'assurer que les opérations de police menées le sont dans le plein respect du droit national et international interdisant la discrimination, y compris le profilage ethnique discriminatoire, les mauvais traitements et la privation arbitraire de liberté. Les policiers en charge de l'immigration ont besoin de formation appropriée, d'équipement et des conseils sur la manière de mener leurs actions sans abuser des droits des personnes.

Au lieu de cela, le 16 juillet, le gouvernement a lancé une nouvelle opération de police de grande envergure appelée "Opération Thésée", visant manifestement à enrayer la consommation de drogues, la prostitution, ainsi que l'immigration irrégulière dans le centre d'Athènes. Les rapports crédibles de contrôles abusifs de la police qui émergent de cette opération ne devraient surprendre personne.

La Grèce a le droit de contrôler l'immigration clandestine et le devoir d'améliorer la sécurité dans les rues pour tout le monde. Mais jusqu'à ce que le gouvernement réglemente efficacement les pouvoirs d'interpellation de la police, le prix payé par les groupes vulnérables à Athènes restera élevé.

Source : www.hrw.org

Traduction : Okeanos / Okeanews

Tous les articles sur Xenios Zeus sont consultables ici.