5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un migrant tabassé par des néonazis dans le quartier de Patissia à Athènes

4 août 2014

Fascisme attaque Aube Dorée Grèce Néonazis racisme

Bien que le porte parole (et instructeur en chef) de l'Aube Dorée Kasidiaris soit en prison, les troupes d’assaut du groupuscule tentent de faire leur réapparition en Grèce


270 mots   1402       Comments

source : ERTOPEN

source : ERTOPEN

Au petit matin du vendredi 1er août, Safraz Ahmed a été agressé par un groupe de néonazis dans le quartier de Patissia. Il est sorti de son travail à Kallithéa et a pris le bus N°11. Quand il est descendu, un fasciste l’a suivi et a commencé à lui poser des questions comme « où travailles-tu ? ». Quand il a répondu qu’il travaillait à Kallithéa, le néonazi lui a dit « Il y a beaucoup de membres de l’Aube Dorée là-bas, il ne t’est jamais rien arrivé ? ». « Non » a répondu Safraz, et il a essayé de poursuivre son chemin tandis que le néonazi, au téléphone, le poursuivait. Au coin de la rue, il a commencé à le pousser dans une école où, avec quatre autres fascistes, l’a frappé au visage à coups de poings américains.

Ils ont arrêté quand un homme du voisinage, âgé de 60 ans, s’est mis à crier. La police est arrivée et peu après l’ambulance l’a transporté à l’hôpital.

Bien que le porte parole (et instructeur en chef du groupuscule) de l'Aube Dorée Kasidiaris soit en prison, les troupes d’assaut tentent de faire leur réapparition.

Les meurtriers de Shehzad Luqman et de Pavlos Fyssas auront la réponse qu’ils méritent grâce aux rassemblements antifascistes du 29 août lors de l’inauguration du nouveau conseil municipal d’Athènes et les 18 et 19 septembre, un an après le meurtre de Pavlos Fyssas.

Source : ERTOPEN

Traduction : Aleka / Okeanews