5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La justice aveugle et les verdicts racistes en Grèce

1 août 2014

Droits de l'homme Justice Scandale Adonis Georgiadis décisions de justice Farmakonisi Grèce Manolada racisme

Dénonçant le jugement scandaleux, les organisations antiracistes disent que ce verdict concernant Manolada soulève des questions quant à l'impartialité du système de justice et se sont engagées à intensifier les actions de protestation contre la décision.


931 mots   2182       Comments

Deux décisions scandaleuses prises cette semaine ravivent le débat sur l'indépendance de la justice et la réelle lutte contre le racisme en Grèce : l'acquittement de deux des quatre accusés lors des événements de Manolada et le classement sans suite (et sans enquête) du drame de Farmakonisi qui avait coûté la vie à plus de 10 personnes, dont une majorité d'enfants.

manolada-farmakonisi

Manolada : réactions très vives en Grèce

Comme nous l'avons rapporté dans cet article,  2 des accusés ont été acquittés lors du procès, contre toute attente. Les réactions ont été vives en Grèce suite à ce verdict jugé "scandaleux et raciste".  Le plus grand syndicat de travailleurs en Grèce l'a décrit comme "contre le sens commun de la justice et de l'équité".

Le Procureur de la Cour de Cassation, madame Efterpi Koutzamani, a demandé à la Cour d’appel de Patras qui a statué sur l’affaire de Manolada de lui transmettre la copie de la décision qui acquittait à l’unanimité les accusés. En effet, il s’agit d’établir s’il est possible d’introduire un appel contre l’acquittement de l’entrepreneur Nikos Vagelatos et du contremaître qui a soulevé de fortes réactions dans le monde politique mais aussi dans la société.

En effet, une fois la décision prononcée, l’ancien ministre de la santé et actuel porte-parole du parti du Premier Ministre A. Samaras, Adonis Georgiadis, s’est attaqué à Syriza, suite aux termes utilisés par le secrétaire du comité central du parti, M. Voutsis, qui a déclaré que la décision concernant l’affaire de Manolada était honteuse.

Selon M. Georgiadis : « Syriza est dans l’incapacité de saisir que la décision a été prise à 7 contre 0. Après une procédure qui a duré deux mois, les trois juges et les quatre membres du Jury ont décidé à l’unanimité qu’ils sont innocents et que l’affaire est close, selon notre système juridictionnel », a-t-il dit, entre autres.

GeorgiadisManoladaPlus tôt dans la journée, il s’était montré particulièrement heureux de la décision, en tweetant :

"7-0 le résultat pour Manolada. Les 3 juges et 4 jurés (2 médecins, 1 enseignant 1 mécanicien). D’aucuns ont-ils voulu prendre les devants, peut-être ?"

Et de poursuivre (en réponse aux réactions à son tweet) :
"De la grenaille de plomb qui, dans sa chute, a atteint et légèrement blessé des gens. Qu’y voyez-vous d’étrange ?"

En réponse à un autre internaute :

"l’essentiel dans une accusation pareille c’est de savoir s’ils ont visé les gens ou pas. Eh, bien, il a été jugé qu’ils n’ont pas visé !"

Et de conclure :

"vous n’êtes pas content, vous, quand certains de nos concitoyens sont acquittés ?"

Le porte-parole du groupe parlementaire du PASOK, Constantinos Triantafyllos, a lui aussi critiqué la chose en disant : "si une décision judiciaire crée le sentiment que justice n’a pas été faite, il est du devoir de la Justice grecque d’examiner la chose. En même temps, l’Etat est tenu de prendre toutes les dispositions requises afin d’améliorer les conditions de travail et de vie et de garantir les droits des travailleurs de la terre."

Dénonçant le jugement scandaleux, les organisations antiracistes disent que ce verdict soulève des questions quant à l'impartialité du système de justice et se sont engagées à intensifier les actions de protestation contre la décision.

"Nous appelons les syndicats et les mouvements pour les droits de l'homme à réagir contre ce scandale raciste sans précédent", a déclaré Petros Constantinou, coordinateur du Mouvement contre le racisme et la menace fasciste, dans un communiqué. "Les centaines de millions de bénéfices réalisés dans l'industrie de la fraise ne peuvent pas se poursuivre en tirant sur les travailleurs dans les champs de fraises."

Selon les dernières information, la Cour suprême aurait indiqué quelle examinera le verdict.

Farmakonisi : affaire classée

Le Procureur du Tribunal maritime du Pirée a ordonné que l’affaire de la tragédie de Farmakonisi soit classée, selon l’information venant du Conseil grec pour les Réfugiés.

Cette ordonnance met fin à l’instruction et à l’examen des éventuelles responsabilités des gardes côtes grecs dans le naufrage où huit enfants et trois femmes avaient perdu la vie le 20 janvier 2014.

L’embarcation de fortune des migrants avait été immobilisée au large de Farmakonisi. Les migrants dénoncent qu’un navire de Gardes-côtes les avait abordés et avait attaché leur embarcation pour ensuite démarrer en toute vitesse en direction des côtes turques, créant une panique : des personnes seraient tombées à l’eau et se seraient noyées.

Un migrant, qui a perdu sa femme et ses trois enfants dans le naufrage, avait dénoncé qu’un autre migrant avait essayé, à l’aide d’une planche, d’aider une femme qui se noyait et qu’un garde-côte lui a assené un coup de pied à la tête.

Il y a également eu plusieurs dénonciations expliquant que des gardes-côtes auraient menacé des migrants de ne rien dire de tout ce qui s’était passé lors du naufrage.

Aucune enquête ne sera donc menée pour vérifier cette éventuelle responsabilité des gardes côtes grecs.

Les survivants du drame de Farmakonisi parlent aux journalistes :