5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Sifnos, la petite méconnue des Cyclades

11 juillet 2014

La Grèce, autrement Cyclades Sifnos

Pas de grandes et belles plages comme ses voisines Milos la dentelée, ou Paros la fêtarde, mais d’interminables randonnées dans l’arrière pays et des grands moulins à vent absolument partout.


1329 mots   2433       Comments

Sifnos (Angélique Kourounis : Okeanews)

Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

La beauté de Sifnos est dans sa discrétion, sa diversité et la douceur de ses paysages. Étonnamment verte pour une île des Cyclades, elle offre une cascades de terrasses cultivées ou chaque maison blanchie à la chaux est un exemple d’architecture épurée si propre aux Cyclades.

Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Avec ses centaines de petites églises, monastères imposants ou chapelles isolées, Sifnos est une destination rêvée pour le tourisme religieux et les amoureux des randonnées. Des chemins de terre bordés de murets faits de pierres plates noires et scintillantes mènent souvent à ces petites églises qui sont les oasis de ces randonnées pédestres uniques dans les Cyclades.

Les Pierres De Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Les Pierres De Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Ces pierres sont le label architectural de Sifnos. On ne les voit nul part ailleurs et la technique de construire ces murets, les fameux koumoulia, sans ajout de ciment ou même de terre comme c’est le cas dans le Dodécanèse est un art tout particulier transmis de père en fils depuis des générations.

Mais Sifnos c’est aussi une île d’armateur. La bourgeoisie de l’île était concentrée à Artemona. Un village imposant, assez haut en altitude, très beau, avec des maisons majestueuses aux jardins multicolores, les fameux archontika. Si vous êtes à Sifnos le 15 août, c’est là qu’il faut aller faire la fête. Vous verrez toutes les générations danser ensemble, pratiquement toute la nuit un verre à la main, une boulette de viande ( keftedaki) dans l’autre. Après 15 jours de jeûne, on danse, on boit, et on mange des heures durant, dans une ambiance unique à ces fêtes populaires. C'est l’un des plus beau 15 août qu’il m’a été donné de faire.

Les poteries de Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Les poteries de Sifnos (Angélique Kourounis / Okeanews)

Sifnos était aussi connue dans le temps pour sa glaise et sa terre, idéales pour les poteries. Elle les exportait dans tout le pays et même au delà en méditerranée. Ses grands plats pour les tartes, les fameuses pitas grecques, ou les plats en forme de grosses cruches avec un couvercle rappellent un peu les plats de tajine du Maghreb. Même fonction, mêmes couleurs mais esthétique toute différente.

Il y en a de toutes les tailles. Si elle sont émaillées on peu y faire cuire ce que l’on veut au four, si elles sont en terre cuite toutes simples on n’y fait cuire qu’un seul plat car le récipient prendra dés le premier jour le gout de ce plat et il le transmettra à toute nourriture cuisinée dans ce plat.

Généralement on y fait de la réfidada. Un délicieux ragoût de pois chiches qui est le plat traditionnel de Sifnos. Mis à mijoter dans les fours à bois traditionnels le samedi soir, il est sur toutes les tables le dimanche midi.

Poteries de Sifnos sur les murs (Angélique Kourounis / Okeanews)

Poteries de Sifnos sur les murs (Angélique Kourounis / Okeanews)

A Sifnos, tradition de poterie oblige, il est de coutume de mettre sur les cheminées des maisons, des poteries ocres aux formes un peu alambiquées avec des trous d’aération pour permettre à la fumée de s’échapper. Cette terre cuite déclinée pour tout usage est, avec les câpres et le fromage, l’estampille de Sifnos.

C’est que Sifnos est aussi connue pour ses traditions culinaires : les salades de câpres, les réfidades, les salade à la xinomyzithra, un fromage de chèvre aigre et mou, son coq au vin. Le grand chef de cuisine Nikolas Tselementes celui qui fait découvrir la cuisine occidentale aux grecques  est sifniote, ce n’est pas un hasard.

A Sifnos on mange divinement bien. La cuisine est raffinée et simple. Une découverte dans chaque village. Sur la plage de Vathy, un village en bout de montagne qui sera apprécié par les vacanciers venus en famille, il y a des tavernes le long de la route principale. Deux tavernes vous attendent sur le joli port de Pharos. A gauche, spécialités poissons grillés, à droite plats cuisinés et au fond toujours à droite un vieux potier vous montrera ses secrets de fabrication.

Le monastère de Chysopigy vaut le détour. Pour y aller il faut dépasser la capitale, la cosmopolite Appolonia (ou l’on peut manger de très bons souvlakia). La route est magnifique : une vue magique sur les autres petites îles des Cyclades qui flottent paisiblement sur la grande bleue.

Nikos Benakis et le délicieux plat Iman Baïldi (Angélique Kourounis / Okeanews)

Nikos Benakis et le délicieux plat Iman Baïldi (Angélique Kourounis / Okeanews)

Mais on est à Sifnos, et ici, chaque chemin mène à un plat unique à déguster. Si vous allez vers Plati Giallo il ne faut pas louper le délicieux Iman Baïldi de Monsieur Nikos Benakis au Cyclades Beach. Un plat d’origine turque à base d’aubergines farcies aux oignons et à la tomate, le tout lentement cuit au four. Si vous y passez un dimanche n’hésitez pas à goûter sa refidada.

Après, allez visiter l’un des derniers potiers traditionnel. Celui de Francesco. C'est le second atelier sur la gauche après le restaurant de Nikos, mais vous le reconnaîtrez facilement, il est le seul à tourner assis les deux jambes parallèles à la roue le torse tourné à presque 45°.

Francesco (Angélique Kourounis / Okeanews)

Francesco (Angélique Kourounis / Okeanews)

Vous n’aurez que l’embarras du choix, mais je vous recommande les grands plats à tartes et les pot à refidada. Je les utilise avec succès tous les jours !

Enfin au kastro, l’ancienne capitale du pays, toute en ruelles étroites qui grimpent avec des bougainvillées et des fleurs de câpres sur tous les murs, arrêtez vous sur la toute première taverne et prenez la salade de câpres suivie de pâtes aux truffes. Un bonheur……

Pour le café frappé de l’après-midi, allez à l’extrémité de l’île vers Pharos, bien avant de descendre sur le petit port à gauche il y a sur la droite de la route, une sorte de café, isolé au milieu de nulle part, avec une vue qui donne l’impression de dominer le monde. Impossible de le louper. C’est là qu’il faut voir le coucher de soleil.

Sifnos est très courue par les français en juillet/août, pourtant, la meilleure période, c’est septembre. C'est vraiment une île qui mérite un détour et les sifniotes sont des gens très respectueux, très accueillants. Ils se mettront en quatre pour vous aider, en toute dignité.

Angélique Kourounis

Sifnos : plage et poterie (Angélique Kourounis / Okeanews)

Sifnos : plage et poterie (Angélique Kourounis / Okeanews)


Quelques adresses et notes :

Pour trouver une chambre : Association des Propriétaires de Chambres et d'Appartements de Sifnos

Pour trouver des billets de bateau sur le port de Kamares : agence Podotas (22840 33081)

Hôtel avec vue inoubliable sur toute la mer Égée avec même la possibilité de dormir dans un moulin : allez au Bella Vista (6932555763). Mais attention, si le site est unique, la patronne, Marguarita, est parfois imprévisible et les réservations sont capricieuses. Possibilité de déjeuner et dîner.

Pour plus de renseignements :

www.e-sifnos.com
www.sifnos-alternatives.gr

À Sifnos, le monastère du prophète Elie- Profitis Elias- est en fête deux fois par an, autour du 14 juin et du 20 juillet.

À ne pas louper à Sifnos, les femmes amènent des douceurs et des plats simples aux fêtes religieuses.