5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce - électricité : nouvelle mobilisation civile pour casser la grève

5 juillet 2014

Politique Antonis Samaras constitution DEH Grèce grève mobilisation civile PPC

Nouvelle utilisation d'une loi issue de la junte pour casser une grève.


269 mots   596       Comments

La grève des salariés de la compagnie d'électricité PPC contre la privatisation partielle de l'entreprise a été déclarée illégale et le Premier Ministre Antonis Samaras a signé un "ordre de mobilisation civile".

Cette réquisition, déjà ordonnée à plusieurs reprises depuis la mise en place des mesures d'austérité en Grèce, a pour principal but de casser tout mouvement de grève d'importance (transports, éducation, énergie, ...), toute personne qui refuse l'ordre de mobilisation prenant le risque de perdre son emploi et pouvant se voir imposer une peine de prison.

Le document :

Document signé par le Premier Ministre

Document signé par le Premier Ministre (cliquer pour zoomer)

Cette possibilité est donnée à la fois par un texte issu de la junte et par les articles 18.3 et 22.4 de la Constitution grecque.

  • Article 18.3 :

Des lois spéciales règlent les matières concernant les réquisitions pour les besoins des forces armées en cas de guerre ou de mobilisation, ou pour parer à une nécessité sociale immédiate susceptible de mettre en danger l'ordre public ou la santé publique.

  • Article 22.4 :

Toute forme de travail obligatoire est interdite. Des lois spéciales règlent les matières concernant la réquisition de services personnels en cas de guerre ou de mobilisation ou pour faire face soit aux besoins de la défense du Pays soit à un besoin social urgent provoqué par une calamité ou pouvant mettre en péril la santé publique; (...)

Vous vous demandez toujours pourquoi la lutte contre l'austérité est si difficile dans cette Grèce toujours si démocratique ?