5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le système de santé "catastrophique" en Grèce selon un officiel allemand

4 juillet 2014

Santé Grèce Makis Voridis système de santé Wolfgang Zoeller

Le système de santé grec est si mauvais qu'on ne peut même pas lui donner une note, selon Wolfgang Zoeller


329 mots   1259       Comments

Le système de santé publique de la Grèce est "catastrophique", "scandaleux et effrayant" et est si mauvais qu'on ne peut même pas lui donner une note, a déclaré un représentant du ministère allemand de la santé ce jeudi, avertissant que les délais imposés par la troïka pour la réforme étaient «impossibles à tenir».

Wolfgang Zoeller, ancien ingénieur et député du parti d'Angela Merkel de 1990 à 2013, supervise la coopération de son ministère avec son homologue grec Makis Voridis. Il a déclaré, concernant sa visite en Grèce que la situation était "scandaleuse et effrayante".

La situation désastreuse à l'hôpital Evangelismos d'Athènes en Octobre 2013 (Photo: Association des Médecins de l'hôpital Evangelismos)

La situation désastreuse à l'hôpital Evangelismos d'Athènes en Octobre 2013 (Photo: Association des Médecins de l'hôpital Evangelismos)

Selon Zoeller, la majorité de la population, dont les politiciens, n'ont aucune idée du niveau de gravité de la situation dans le système de santé grec.

De 2009 à 2011, les budgets de l'hôpital public ont été réduits de plus de 25% à la suite des mesures d'austérité. La Grèce consacre désormais moins pour la santé publique que tous les autres membres entrés dans l'Union Européenne avant 2004.

Zoeller a déclaré que la voie à suivre réside dans l'augmentation de l'utilisation de médicaments génériques (10% en Grèce contre 80% en Allemagne). Il a salué la décision de Samaras de fournir une couverture de santé au mois d’août pour les chômeurs sans assurance (promis pour le mois de juin), indiquant que c'était une étape extrêmement importante (moins de 10% des chômeurs ont l'allocation chômage de 360€ par mois et ont donc encore droit aux soins gratuits de l'Etat).

Zoeller a souligné que des mesures urgentes doivent être prises dans le secteur de la santé, comme pour les non-assurés et pour les dépenses pharmaceutiques, car cela "est une question de vie ou de mort".