5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Saisie de plus d'une tonne d'héroïne chez un armateur grec

18 juin 2014

Actualité armateur Athènes DEA drogue Grèce héroïne trafic

Saisie record lors d'une opération conjointe entre les autorités grecques et la DEA américaine


452 mots   1112       Comments

Plus d'une tonne d’héroïne a été retrouvée dans un entrepôt de Koropi et au domicile d'un armateur grec à Filothei, la banlieue chic d'Athènes.

L'armateur et homme d'affaires de 40 ans, qui nie toutes les accusations, son ex-femme et son conjoint, ont été placés en garde à vue mardi, dans le cadre de la plus importante saisie d'héroïne jamais réalisée en Grèce.

Une partie de l'héroïne trouvée pendant l'opération

Une partie de l'héroïne trouvée pendant l'opération

Vendredi dernier, 1133kg d’héroïne ont été retrouvés dans les deux lots d'environ 500 kg chacun, dans un entrepôt de Koropi, en dehors d'Athènes, et dans la maison de l'armateur dans le quartier chic de Filothei Athènes. D'une valeur pure de 30 millions d'euros, le prix de la saisie à la revente serait d'environ 200 millions d'euros.

L'héroïne était conditionnée dans 443 balles de plastique. Les locaux ont été perquisitionnés dans une opération conjointe impliquant les gardes-côtes et la police grecque et la DEA (Drug Enforcement Agency) américaine.

L'armateur, dont l'identité, selon To Vima, serait Efthimis “Makis” Giannousakis, et les deux autres ont été arrêtés à la suite d'une décision commune par un enquêteur et un procureur.

Un total de 11 personnes ont été arrêtées, dont six ressortissants grecs et cinq ressortissants turcs. Parmi les personnes arrêtées étaient l'armateur, son ex-femme et leur fils de 15 ans, qui a été libéré lundi.

Selon des sources, l'armateur de 40 ans a déclaré dans son témoignage: "Si je voulais stocker de la drogue, je l'aurait apporté sur l'avenue Thivon, où j'ai des bureaux vacants. Je ne la stockerai pas ou vit mon enfant."

L'armateur, qui dément les accusations qui lui sont attribuées, semble avoir dit à l'enquêteur que son ex-femme, propriétaire de 37 propriétés, aurait pu cacher la drogue partout si elle avait voulu.

Les mêmes sources indiqueraient que l'armateur et son ex-épouse auraient affirmé qu'une personne de confiance, qui avait accès à leur maison, est responsable de tout.

Le suspect de 40 ans et d'autres sont également soupçonnés d'être impliqués dans le scandale de la liste dite de Lagarde des Grecs avec des dépôts à la succursale genevoise de HSBC, pour laquelle une enquête est en cours pour évasion fiscale.

Les autorités poursuivent leur enquête : selon les dernières informations, l'héroïne aurait du sortir clandestinement de la Grèce par l'Italie cachée dans un camion ayant des compartiments aménagés. Le véhicule aurait été retrouvé lundi dans l'agglomération d'Athènes.