5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Stupeur en Grèce : le gouvernement ferme le Parlement pour les vacances d'été

4 juin 2014

Politique démocratie Gouvernement Grèce parlement

La surprise suite à l'annonce de la fermeture deux semaines avant la date officielle du début des sessions d'été.


578 mots   2262       Comments

Il était un peu après 5h mercredi après-midi, en pleine séance plénière difficile, quand les forces de l'ordre ont apporté un décret présidentiel annonçant la fermeture inattendue du Parlement grec et le début des sessions d'été.

La décision du gouvernement de fermer le Parlement par décret présidentiel, deux semaines avant la date normale, a pris les journalistes grecs par surprise. Il n'y a pas eu d'explication officielle, ni par le président du Parlement, ni par le bureau du premier ministre, ni par le gouvernement et - bien sûr -, ni par le Président.

Fermeture du Parlement

Le principal parti de l'opposition Syriza a parlé d'une "décision unilatérale" arbitraire. Kouloglou (journaliste sur Skai TV) a même souligné "la violation des procédures du Parlement".

Selon la presse grecque, qui se base sur des divulgations de députés de la Nouvelle Démocratie, le parlement a été fermé car il n'y avait "pas de loi ou d'autres travaux parlementaires en cours".

Mais la réalité est bien différente, car les affaires suivantes devaient être évoquées :

  1. Le "Baltakos Gate". Le cas de Takis Baltakos (Nouvelle Démocratie) devait être évoqué. Baltakos, secrétaire du gouvernement et plus proche collaborateur du premier ministre, avait été vu dans une vidéo diffusée par l'Aube Dorée le montrant en conversation très amicale avec le porte-parole de l'Aube Dorée Kasidiaris.
  2. Le porte parole de l'Aube Dorée devait justement comparaître devant le comité d'éthique du Parlement le jeudi, en lien avec la diffusion de cette vidéo. Il avait d'ailleurs indiqué qu'il avait d'autres vidéos de Baltakos.
  3. La levée de l'immunité parlementaire des ministres Nouvelle Démocratie Yiannis Michelakis (Intérieur - pots de vin) et Adonis Georgiadis (Santé - ingérence dans le système de justice) ainsi que celle de Vasilis Kaparnaros (anciens des Grecs indépendants, maintenant député indépendant - pots de vin venant d'un l'armateur) devaient être discutées.

Désormais, tous ces cas seront discutés à l'automne prochain, lorsque le Parlement reprendra ses travaux de sessions plénières.

Plusieurs scénarios sur les raisons de cette fermeture abrupte sont également évoqués :

  • Les dernières révélations des membres de l'Aube Dorée qui étaient entendus mercredi (le parlement a voté en faveur de la levée de leur immunité), et qui ont largement évoqué que la Nouvelle Démocratie courtisait l'Aube Dorée.
  • le remaniement ministériel à venir.
  • empêcher le SYRIZA d'appeler à un vote de confiance de la nouvelle équipe gouvernementale à venir.

SYRIZA note également que cette fermeture va permettre à certains projets de loi controversés - comme le projet de loi qui facilitera les privatisations de la côte grecque - d'être plus facilement adoptés.

Les sessions d'été au parlement ne comprennent que 100 députés, ce qui rend plus simple pour le gouvernement de préserver sa majorité et de prévenir les défections. En ce qui concerne le projet de loi du littoral, plusieurs députés de la Nouvelle Démocratie et du PASOK avaient dit qu'ils voteraient contre.

Une chose est sûre, cette fermeture surprise ne montre pas une grande sérénité du côté du gouvernement et rappelle la stupeur rencontrée lors de la fermeture de la radiotélévision publique grecque en ... juin 2013.

CouvertureVouli