5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

"La Nouvelle Démocratie nous courtisait" dit le leader de l'Aube Dorée au Parlement

4 juin 2014

Fascisme Politique Aube Dorée Christos Pappas Grèce immunité Nikos Michaloliakos parlement Yiannis Lagos

Michaloliakos prétend que son parti était en contact avec deux ministres du gouvernement et des officiels du parti du Premier Ministre Antonis Samaras


475 mots   878       Comments

Le leader emprisonné de l'Aube Dorée, Nikos Michaloliakos, son adjoint et un autre député emprisonné du parti néonazi étaient attendus au parlement ce mercredi, pour assister à un débat parlementaire sur une nouvelle levée de leur immunité parlementaire pour de nouvelles accusations criminelles.

 

Nikolaos Michaloliakos, le leader de l'Aube Dorée, aujourd'hui au parlement.

Nikolaos Michaloliakos, le leader de l'Aube Dorée, aujourd'hui au parlement.

La sécurité a été renforcée autour du Parlement en attendant l'arrivée de Nikos Michaloliakos, Christos Pappas et Yiannis Lagos depuis la prison de Korydallos.

Le débat, au cours duquel les trois députés emprisonnés étaient autorisés à s'exprimer, a commencé à midi.

Dans son discours, Michaloliakos a prétendu que son parti était en contact avec deux ministres du gouvernement et des officiels de la Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras, dont Mouroutis (lire ou relire cet article pour plus d'informations sur Mouroutis).

Il a également attaqué le représentant du groupe parlementaire de la Nouvelle Démocratie, Makis Voridis, comme un ancien chef de mouvement des jeunes de l'Epen du dictateur George Papadopoulos, afin de montrer que le parti au pouvoir est imprégné de la même marque idéologique d'extrême-droite que l'Aube Dorée.

 

Christos Pappas lors de son discours au parlement.

Christos Pappas lors de son discours au parlement.

Le Numéro 2 du parti, Pappas, a affirmé pour sa part que le ministre de la santé Adonis Georgiadis a dit qu'il préférerait que son fils soit avec l'Aube Dorée qu'avec les communistes ou le SYRIZA.

Il a également affirmé que des membres de la Nouvelle Démocratie se sont approchés de lui à plusieurs reprises pour commencer le dialogue. Il a ajouté : "Je fais face à des accusations pour des textes écrits en 1983. Pourquoi Voridis n'est pas poursuivi pour ceux qu'il a écrit contre la démocratie en 1985?".

Des supporters d'Aube Dorée devant le parlement aujourd'hui (photo @janinel83)

Des supporters d'Aube Dorée devant le parlement aujourd'hui (photo @janinel83)

Environ 300 membres de l'Aube Dorée au maximum se sont réunis devant le Parlement, à proximité de la place Syntagma, pour soutenir le chef néo-nazi. Selon plusieurs sources, l'hymne nazi aurait été joué devant le Parlement.

Les trois membres du parti néo-nazi sont placés en garde à vue depuis septembre dernier sur des accusations de former et diriger une organisation criminelle.

Les députés vont voter pour savoir s'ils doivent subir un procès sur des accusations supplémentaires de possession illégale d'armes à feu, pour le leader Michaloliakos et Lagos, et pour création d'une archive illégale dans le cas de Pappas, le numéro 2 du parti, chez qui a été trouvée une collection de souvenirs fascistes.


Vidéo de Vasilis Nousis montrant les militants d'Aube Dorée devant le parlement :