5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

NON à la destruction des armes chimiques syriennes en Méditerranée !

29 mai 2014

Environnement Pétition Solidarité armes chimiques Grèce Italie Malte Méditerranée Syrie

Alors que les protestations contre le projet de destruction des armes chimique en mer se font de plus en plus vives, un arrêté ministériel qui interdit la pêche pour 2 mois à l'ouest de la Grèce pendant la période supposée de neutralisation des produits toxiques sème le trouble.


1078 mots   2903       Comments

Des prêtres aux écologistes en passant par les pêcheurs et les tour-opérateurs, des milliers de Grecs étaient descendus dans les rues de Crète en mars dernier pour protester contre un programme des Nations Unies visant à détruire les armes chimiques syriennes en Méditerranée. "Nous n'allons pas laisser cela se produire", avait déclaré Yannis Haronitis, militant et organisateur de la protestation.

L'opération, qui aura lieu à bord du roulier américain MV Cape Ray, vise à neutraliser plusieurs centaines de tonnes d'armes chimiques au cœur de la mer méditerranée, dans les eaux internationales entre l'Italie, Malte et la Grèce.

[Aller directement aux pétitions]

Manifestation contre la destruction des armes chimiques syriennes en méditerranée, le 23 mars 2014

Manifestation contre la destruction des armes chimiques syriennes en méditerranée, le 23 mars 2014

Une destruction en pleine mer Méditerranée

Distance entre le cimetière des armes chimique syriennes et la Corse (via google maps)

Distance entre le cimetière des armes chimique syriennes et la Corse (via google maps)

La destruction des armes chimiques de Bachar el-Assad, qui devrait avoir lieu au plus tard le 30 juin prochain, se déroulerait dans les eaux internationales, à environ ~1000 km des côtes corses à vol d'oiseau (cliquez sur l'image ci-contre pour zoomer).

Gaz Sarin, gaz moutarde et soufre font partie des produits qui seront neutralisés par incinération ou par hydrolyse en mer, procédé qui semble pourtant ne jamais avoir été testé ailleurs que sur la terre ferme :

"cela n’a jamais été fait. Je suis très surpris et dubitatif. Cette proposition est étrange. Je ne vois pas comment, si on s’acheminait dans cette voie, on pourrait respecter l’échéance du premier semestre 2014 pour la destruction et le démantèlement des armes chimiques. Il va falloir aménager et construire ces barges. Par ailleurs, le stockage en mer, dans des lieux aussi confinés de substances dangereuses, pose de gros problèmes de sécurité pour les opérateurs", assure Olivier Lepic, spécialiste des armes chimiques, interrogé par Europe1.fr.

Le parcours des armes chimiques syriennes (source : europe1.fr):

La pêche interdite en Grèce pour les 2 prochains mois

Un arrêté ministériel paru sous la référence ΦΕΚ Β 1307 concernant la pêche dans les eaux internationales a été publié deux jours avant les élections européennes et il est question de protection de l'alevin et d'interdiction du chalutage en eau profonde.

Cet arrêté ordonne la suspension des activités de pêche pour une période de deux mois dans la zone de Méditerranée qui inclue celle où devrait commencer l’hydrolyse des armes chimiques syriennes.

Selon cet arrêté, la pêche est interdite au sud-ouest de la Crète et au sud du Péloponnèse et des Îles Ioniennes, jusqu’au 22 juillet, à tout le moins. Il s’agit de la même période durant laquelle, selon les plans, commencerait la destruction des armes chimiques syriennes, à bord du navire Cape Ray.

Les activistes semblent être partagés sur cet arrêté et le lien avec l'opération de "neutralisation" des armes chimiques n'est pas confirmé. Mais la lutte contre le projet continue : Vangelis Pissias, membre de l’initiative « Un bateau pour Gaza » a expliqué que l’équipe des activistes qui se rapprochera autant que possible du roulier américain MV Cape Ray est prête, et, cette fois-ci, elle sera accompagnée des pêcheurs de la région, réalisant ainsi l’idée de l’ « activisme social ».

Mais alors que le gouvernement souhaite brader son littoral avec une loi qui menace l'environnement et la beauté des côtes grecques, un arrêté ministériel interdirait la pêche en eau profonde pour des raisons environnementales. Comprendra qui veut...

Protestations sur les réseaux sociaux

Les internautes sont très actifs sur les réseaux sociaux, depuis maintenant quelques mois. Hier soir avait lieu un "twitter storm" (tempête twitter) utilisant les hashtag #SyriaChems et #CapeRay.

"Arrêtez le Cape Ray. Renvoyez les produits chimiques syriens aux entreprises qui les produisent !" :

"Non aux produits chimiques en méditerranée" :

"Cela vous parait idyllique? Ajoutez le gaz moutarde, le soufre et le sarin et vous aurez un tableau complet" :

"Hydrolyse des armes chimiques syriennes au cœur de la Méditerranée ! A notre porte ! Regardez " :

Jodi Graphics et Okeanews, comme beaucoup d'autres, se sentent évidemment très concernés et très inquiets par cette opération de "neutralisation" des armes chimiques en mer méditerranée (version haute def ici) :

NON à la destruction des armes chimiques syriennes en méditerranée

NON à la destruction des armes chimiques syriennes en méditerranée

Pétitions contre le projet de destruction des armes chimiques en pleine mer

Une pétition internationale contre la destruction des armes chimiques syriennes en méditerranée a déjà été mise en place sur le site avaaz.org :

L'OIAC ('Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques)a pour but de détruire quelque 1.400 tonnes d'agents toxiques syriens à la mi-2014. Alors que de nombreux pays (Albanie, Belgique, Norvège et plus) ont déjà refusé de procéder à cette opération risquée sur leur territoire, les États-Unis ont proposé de déployer leur système d'hydrolyse, afin de neutraliser 800 tonnes d'armes chimiques en pleine mer, dans les eaux internationales entre l'Italie, Malte et la Grèce.

La première cargaison de produits chimiques a déjà quitté la Syrie et va bientôt rejoindre l'Italie pour charger les navires américains qui commenceront l'opération bientôt. Experts et scientifiques de Grèce et d'Israël ont déjà exprimé des préoccupations quant à l'efficacité de la méthode d'hydrolyse pour neutraliser les agents chimiques comme le gaz Sarin, le gaz moutarde, et le soufre, tandis que le liquide résiduaire reste très toxique.

L'immersion de 800 tonnes d'armes chimiques traitées par hydrolyse en Méditerranée provoquera une grave pollution, la dégradation de l'environnement et de graves menaces pour la santé publique. Elle ne respecte pas les sociétés locales, les conventions internationales et les écosystèmes de grande valeur ainsi que les espèces marines présentes dans la région.

Pour signer les pétitions, c'est par là, par ici, par là, et encore ici (la plus signée à ce jour).