5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Samaras promet des migrants et du carburant pas chers aux agriculteurs

14 mai 2014

agriculture Immigration Politique agriculteurs Antonis Samaras Frontex Grèce migrants Nouvelle Démocratie

Antonis Samaras : "Nous réduisons le coût que nous payons aujourd'hui pour les travailleurs étrangers légalement employés. Les frais de visas dans les consulats grecs à l'étranger ont été réduits de plus de moitié. Et nous avons réduit la sécurité sociale."


500 mots   942       Comments

Le premier ministre Antonis Samaras a promis aux agriculteurs une franchise d'impôt dans l'année sur le carburant et une baisse des salaires pour les travailleurs migrants saisonniers par la réduction de leurs cotisations de sécurité sociale et des frais de visa.

Adonis Georgiades (ex LAOS) - Antonis Samaras - Makis "la hâche" Voridis (ex LAOS)

Adonis Georgiades (ex LAOS) - Antonis Samaras - Makis "la hâche" Voridis (ex LAOS) (image d'archive)

S'exprimant sur l'île de Mytilène lundi, Antonis Samaras a réitéré une promesse faite l'an dernier par le ministre des Finances, Yannis Stournaras, de mettre a disposition du carburant des fins agricoles.

Il a également déclaré que le gouvernement réduirait les salaires des migrants qui viennent en Grèce pour un travail saisonnier sur la base d'accords bilatéraux avec d'autres pays, comme l'Egypte.

"Nous réduisons le coût que nous payons aujourd'hui pour les travailleurs migrants, ce sont les travailleurs étrangers légalement employés sur une base saisonnière pour les travaux agricoles. Les frais de visas dans les consulats grecs à l'étranger ont été réduits de plus de moitié. Et nous avons réduit la sécurité sociale, d'abord par un tiers et plus tard cette réduction atteindra 50%", a-t-il dit.

Il a également déclaré que les agriculteurs recevraient la "flexibilité" de payer les cotisations sur les salaires réels des travailleurs saisonniers.

"Ce qui n'a pas été le cas pour la production en Grèce au cours des dernières décennies, ce qui a eu lieu partout en Europe et dans le monde, aura également lieu dans notre pays aujourd'hui. Et toute la distance que nous avons perdu, nous allons la regagner en courant. Et si nous sommes resté désespérément derrière toutes ces années, bientôt nous ne serons plus derrière quelqu'un" a dit Samaras.

Le Premier ministre a également visité le siège du service des frontières de l'UE Frontex dans le port de Mytilène. Il a dit qu'il y avait un besoin d'une politique européenne commune pour gérer l'immigration, expulser les immigrés sans-papiers dans leur pays et punir les trafiquants d'êtres humains.

Il a dit que dans les 18 mois, les gardes-côtes avait sauvé "4000 personnes qui, autrement, se serait noyé".

La semaine dernière, au moins 22 personnes, dont une femme enceinte et ses enfants, se sont noyés au large des côtes de Samos.

"Au cours des deux dernières années, pour la première fois en près de deux décennies, il y a eu moins d'immigrants illégaux qui sont entrés en Grèce que ceux qui sont partis", a ajouté le Premier ministre.

S'adressant aux agriculteurs, il a déclaré que sa "Nouvelle Grèce" a été fondée sur les producteurs du pays, et non pas sur les "patrons syndicaux, ces privilégiés par l'étatisme, ceux qui voulaient remplir le pays d'immigrés clandestins".