5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : le tollé arrête (temporairement) le projet de loi sur la privatisation des plages

13 mai 2014

Environnement Politique Tourisme Grèce littoral pétition projet de loi

Les pétitions mettent en pause le projet de loi jusqu'au 25 mai.


338 mots   2814       Comments

Les militants ont salué l'annonce du gouvernement du report de son projet de loi controversé d'aménagement du littoral qui permettrait la construction et des activités privées sur le littoral.

Ce qui attend les plages grecques si le gouvernement vote le texte de loi. Par Vangelis Papavasiliou (5 mai 2014)

Ce qui attend les plages grecques si le gouvernement vote le texte de loi. Par Vangelis Papavasiliou (5 mai 2014)

Mardi, le ministre Dimitris Stamatis a indiqué que le Premier ministre avait ordonné la prolongation de la consultation publique sur le projet de loi jusqu'aux élections du 25 mai élections.

"Le Premier ministre veut une consultation approfondie et indispensable pour que tous les aspects de la question soient explorés. Il a également demandé que le gouvernement soit informé après les élections du Parlement européen des résultats et des conclusions de la consultation en vue de former sa position finale", a-t-il dit.

Le projet de loi du ministère des Finances ont suscité tollé, des pétitions en grec et en anglais regroupant plus de 135 000 signatures. Les écologistes ont déclaré que le projet de loi "dégraderait" le patrimoine naturel du pays et "mettrait à mal le secteur du tourisme".

La décision du gouvernement de revenir sur le projet de loi vient un jour après que des responsables du ministère de l'environnement indiquent leurs graves préoccupations au sujet du projet de loi. Ils ont dit qu'ils n'avaient pas été suffisamment informés sur les intentions du ministère des Finances et qu'il y a des doutes sur une série d'articles inclus dans les propositions.


Mise à jour du mercredi 4 juin : suite à la fermeture anticipée du parlement grec le 4 juin 2014 le parlement sera réduit à 100 députés et les membres de la coalition qui avaient dit vouloir voter contre le projet de loi pourront être écartés. Les pétitions sont donc toujours d'actualités. Nous rappelons également que le TAIPED, l'agence qui se charge des privatisations des biens publics grecs, propose à la vente 110 biens (plages, hôtels, biens immobiliers présents à l'étranger).