5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Yiannis Pretenderis considère les électeurs du SYRIZA comme des attardés

13 janvier 2014

Médias Politique Alexis Tsipras Grèce journalisme Médias Mega TV Syriza To Vima Yiannis Pretenderis

Pour Y. Pretenderis "SYRIZA s’adresse à et représente un monde fatigué, frustré, malappris, fâché ou attardé".


317 mots   805       Comments

Yiannis Pretenderis, un poids lourd des médias grecs, travaille entre autres pour Mega TV, une chaîne qui a déjà, par le passé, et à de nombreuses reprises, transformé la réalité des faits, comme faire croire à des émeutes lors d'un manifestation pacifique. Mais Pretenderis est aussi journaliste pour To Vima, un journal mainstream "de référence" volontiers pro-gouvernemental.

Yiannis Pretenderis

Yiannis Pretenderis

Dans son article dans le journal Vima du dimanche, le journaliste réputé saisit le fait qu’Alexis Tsipras n’a pas participé aux évènements de l’inauguration de la présidence grecque pour attaquer le président de SYRIZA et comparer son (éventuelle) élection à la ... catastrophe d’Asie Mineure (la campagne qui, en 1921, s’est soldée par l’échange de populations entre la Grèce et la Turquie et l’arrivée d’un million de réfugiés en Grèce).

Yiannis Pretenteris ne cache pas la terreur qu’il ressent face à la victoire probable du parti majeur de l’opposition. Ainsi, il écrit, entre autres :

«De toute évidence, notre régime est démocratique et personne n’est obligé d’adopter la logique européenne dominante. Mais personne n’a le droit de cultiver l’illusion que pareille logique n’existe pas ou que l’on en créera une autre ou qu’il ne se passe rien de grave.

"Nous voulons le roi et nous l’amènerons", chantait la Grèce, fière, en 1920, aux Anglais et aux Français, à propos du roi de Grèce.

Et, il a fini par l’amener. Avec deux millions et demi de refugiés »

Bien entendu, il n’omet pas de s’attaquer aux électeurs de SYRIZA, en disant que « indépendamment des intentions et des déclarations, SYRIZA s’adresse à et représente un monde fatigué, frustré, malappris, fâché ou attardé ».