5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : trois autres députés de l'Aube Dorée derrière les barreaux

13 janvier 2014

Justice Politique Aube Dorée Giorgos Germenis Grèce Nikos Michaloliakos Panayiotis Iliopoulos Pavlos Fyssas Stathis Boukouras

Un tiers des députés du parti désormais en détention provisoire


456 mots   568       Comments

Trois autres députés du parti qui font face à des accusations de participation à une organisation criminelle ont été placés en détention provisoire ce week-end, après avoir témoigné séparément : Giorgos Germenis, Panagiotis Iliopoulos et Stathis Boukouras.

Un partisan de l'Aube Doréecrie des slogans devant le palais de justice d'Athènes le 11 Janvier (Photo: AFP)

Un partisan de l'Aube Doréecrie des slogans devant le palais de justice d'Athènes le 11 Janvier (Photo: AFP)

La décision d'emprisonner Giorgos Germenis et Panagiotis Iliopoulos le samedi et Stathis Boukouras le lendemain amène maintenant à six le nombre de députés du parti néonazi en détention provisoire.

Les trois députés ont demandé et obtenu une prolongation de témoigner après que le Parlement a décidé de lever leur immunité parlementaire.

Ils devraient être emmenés à la prison de Korydallos au Pirée ce lundi, où le chef de file de l'Aube Dorée Nikos Michaloliakos et son adjoint Christos Pappas ainsi qu'un troisième député, Yiannis Lagos, séjournent depuis octobre dernier.

L'assassinat de l'artiste antifasciste Pavlos Fyssas en Septembre par un partisan de l'Aube Dorée a déclenché la répression contre le parti.

L'avocat de Boukouras averti que "la Grèce est à la tête d'une rupture démocratique".

"Je n'ai jamais vu la politique par la justice. J'espère que ce n'est pas le cas parce que cela menacerait la démocratie. Lorsque la justice s'effondre, tout s'écroule", a déclaré Alexis Kougias.

Trois autres députés de l'Aube Dorée, dont le porte-parole du parti Ilias Kasidiaris, ont été inculpés dans le cadre de l'enquête, mais ne sont pas en détention.

Les tensions étaient vives devant le bureau du magistrat le dimanche.

Les journalistes ont demandé à Kasidiaris de dénoncer les partisans de l'Aube Dorée qui ont jeté des bouteilles d'eau en criant des menaces à leur encontre, le samedi soir, après avoir entendu la décision concernant les deux premiers députés.

Une foule d'environ 30 personnes, encouragée par un député du parti, scandait "Idiots, mouchards, journalistes" en direction des caméras.

Le porte parole du parti Kasidiaris a refusé de le faire, les journalistes se sont donc abstenus de rapporter ses commentaires.

Le vendredi, lors d'une conférence de presse à Athènes en présence du dirigeant britannique d'extrême droite Nick Griffin , l'Aube Dorée a annoncé son intention de contester la répression du gouvernement à la Cour Européenne des Droits de l'Homme et a dénoncé que les procédures conduisant à la détention provisoire de N. Michaloliakos et des autres députés étaient «illégales et inconstitutionnelles».