5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Une annexe spéciale pour des pots de vin dans un contrat d'armement entre la Russie et la Grèce

8 janvier 2014

Scandale Akis Tsochatzopoulos Antonis Kantas armement contrats corruption Grèce pots de vin Russie Yiannos Papantoniou

En 2005, la cour de Moscou a révélé que 25 millions de dollars avaient été versés à une société grecque


554 mots   1629       Comments

Un accord entre des entreprises russes et l'Etat grec pour se procurer des systèmes de missiles TOR M-1 contenait une annexe spéciale - et illégale -  permettant le paiement de 25% du prix d'achat en pots de vin, a révélé un tribunal russe en 2005.

4-5-2--2-thumb-large1-thumb-large

Selon le texte intégral de la décision de la Cour publiée mardi dans Eleftherotypia, les pots de vin - environ 25 millions de dollars décrits comme commissions - devait être payés avant le 25 janvier 2004.

La date est importante car il était largement connu au moment de la signature du contrat que la Grèce devait tenir des élections générales au plus tard en avril 2000, lorsque le mandat de quatre ans du gouvernement Pasok expirait.

Des élections ont d'ailleurs eu lieu le 7 mars de la même année. Comme le document le souligne, l'intention était de payer avant un éventuel changement de gouvernement.

Dans un rapport spécial sur le dernier scandale de corruption entourant les achats d'armes, Eleftherotypia indique que 92 pages de preuves cruciales concernant les pots de vin ont été «perdues» et non révélées au comité parlementaire créé pour enquêter sur les allégations de corruption au ministère de la défense lorsque les membres du Pasok Akis Tsochatzopoulos (1996-2001) et Yiannos Papantoniou (2003-2004) étaient ministres.

Eleftherotypia indique que les documents auraient disparu lors de leur trajet entre les autorités russes et le Parlement grec, par l'intermédiaire de l'ambassade de Grèce à Moscou.

Dans une interview avec Elefterotypia publié mardi, le président de la commission qui enquêtait à l'époque sur les allégations de corruption entourant l'achat de systèmes d'armes russes a déclaré que son comité a été contraint d'arrêter d'enquêter.

"Oui, il y a dix ans, nous avions entièrement documenté l'implication de Akis Tsochatzopoulos à recevoir des commissions occultes via Drumilan pour le TOR-M1 et TPQ-37 [achats] et aussi Yiannos Papantoniou dans la« partie »impliquant les achats pour les forces armées. Mais malheureusement, tout s'est arrêté là ...", a déclaré Yiannis Tragakis, qui est encore un député de la Nouvelle Démocratie.

Le mois dernier, Antonis Kantas, directeur adjoint des achats au ministère entre 1996 et 2002, a admis  avoir reçu environ 16 millions de dollars cachés à Singapour et en Suisse en échange de son aide pour la signature d'au moins 10 contrats d'armement.

En Octobre, Tsochatzopoulos a été condamné à 20 ans pour blanchiment d'argent et pots de vin pour des achats d'armement en cours de mandat.

En Octobre 2012, le directeur général de la compagnie grecque impliquée dans la vente du système de missiles TOR-M1 de fabrication russe a été retrouvé mort dans une chambre d'hôtel à Jakarta, en Indonésie, après un suicide. Vlassis Kambouroglou, qui a dirigé Drumilan International, a nié que son entreprise a fait de l'argent lors de la transaction. Aucune accusation n'a été portée contre lui.

En Juin 2003 Igor Klimov et Sergey Shchitko , qui ont participé à Almaz-Antey, la société associée de Russie affaire, ont été assassinés dans des incidents séparés.

Depuis 1998, la Russie a fourni à la Grèce des dizaines de systèmes d'armement : missiles sol-air Osa-AKM, systèmes de missiles antichars guidés Kornet Tor-M1 etc.