5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

L’Aube Dorée et le racisme anti-roms

16 décembre 2013

Fascisme Aube Dorée Grèce Ilias Kasidiaris racisme roms

La haine du parti néonazi


999 mots   924       Comments

Depuis 2012 jusqu’à aujourd’hui, les attaques racistes contre des tziganes grecs par des membres de l’Aube Dorée connaissent une augmentation dramatique. Des groupes de soi-disant « citoyens indignés » (des partisans de l’organisation) ont appelé l’Aube Dorée à « donner une solution ». C’est avec des véhicules que la bande de nazis est entrée dans les quartiers et les villages, sous prétexte de délinquance d’une partie des roms.

aube tarée_1

Quelques fois, ils annoncent publiquement des actions contre les gitans, évoquant parfois « la nature criminelle » des gitans et allant même jusqu’à parler d’eux comme de « parasites qui s’introduisent dans le corps et l’âme de la Nation ».

Comme le rapporte Katerina Rovva dans son reportage pour Ethnos, en juin 2012, lors d’un rassemblement de l’Aube Dorée à Menidi et parce qu’ils avaient entendu des slogans racistes anti-roms, ils ont lancé des cailloux à une passante gitane ce qui a provoqué des batailles toute la nuit à Ano Liosia. Début de l’intimidation pendant la période électorale.

Une scène similaire a pu être observée en août de la même année à Aetoliko Aetoloakarnanias. Là, selon les plaintes déposées, en Janvier 2013, un groupe de 80 personnes menées par les dirigeants locaux de l’Aube Dorée, ont brûlé des maisons de Roms, tandis qu’en mai dernier, circulait le texte suivant : « Dehors les gitans, dernier jour de leur séjour aujourd’hui 31 mai 2013 ». En Septembre 2012 à Messolongui, l’homme de main de l’Aube Dorée a été arrêté pour l'incendie criminel d’un camion rom.

Leur haine contre les gitans est telle, que les membres de l’organisation n’hésitent pas à inclure dans leur propagande une demande d’expulsion des enfants…

En Juin 2012 à Céphalonie « un groupe de l’organisation dirigé par Chr. Chourmouzis » a enlevé de force des petits gitans de l’aire de jeu du KTEL (compagnie grecque de bus)

La peur

De graves évènements ont été provoqués en Mars dernier à Komotini et en Avril à Messinia quand le député D. Koukoutsis et d’autres membres de l’Aube Dorée ont crié à des gitans qui se trouvaient dans la cours de l’hôpital de Kalamatas « Dehors les gitans de Messinia », les qualifiant de « peste ». Les roms se sont retirés terrifiés.

Mus par la haine et le racisme, les dirigeants de l’Aube Dorée ne cherchent pas à lutter contre la criminalité et ils ne veillent pas à la bonne intégration des Roms dans la société grecque. Ils demandent leur exclusion violente. Leurs réactions contre les initiatives visant à humaniser les conditions de vie des Roms sont révélatrices : c’est de « maire-gitan » qu’en juillet 2013 l’Aube Dorée a qualifié le maire d’Eurota en Laconie, Giannis Grypiotis parce qu’ils ne partageaient pas ses méthodes.

La persécution se vérifie

Kostas Païteris, conseiller municipal d’Agia Varvara, confirme les exclusions de gitans. « Il y a à peu près un an, à Anthlili de Lamia, des incidents se sont produits entre des locaux et des gitans parce que certains locaux, avec l'aide de l’Aube Dorée, n’ont pas laissé 20 enfants gitans, résidents de Anthilis, citoyens grecs, étudier à l’école. Ils ont blessé des personnes âgées, et frappé des enfants. Finalement, suite à l’intervention du ministère de l’Éducation, ils sont allés à l’école, mais ils ont réussi à faire peur aux enfants… » dit-il.

Kasidiaris choque la population d'Aspropyrgos

Jetez ces « déchets humains ! »

Le discours d’Ilias Kasidiari a provoqué l’indignation en 2012 à Aspropyrgos où il a qualifié les Roms de « déchets humains ». Le représentant parlementaire de l’Aube Dorée s’est livré à un récital haineux et raciste contre les Roms. En effet, sans aucune hésitation et publiquement, il a exhorté les résidents à « se battre » s’ils voulaient « nettoyer leur ville et atteindre leur objectif. »

Dans le même discours, I.Kasidiaris a fait valoir que « à Keratea, c’est devenu littéralement la guerre. A Agia Panteleimona, nous étions présents lorsque la police anti-émeutes a occupé la place et jeté des lacrymogènes. Mais quel a été le résultat ? C’est à Keratea qu’on a déchargé les ordures, c’est vous qui êtes ici qui vous débarrasserez de ces ordures humaines dont on vous a chargé et qui vous volent, qui vous assassinent. Depuis trois jours qu’ils vous visent avec des armes automatiques depuis leur camp, et il n’y a eu aucune information à la télévision. Prenez l’information, il n’y a pas d’État, il n’y a pas de police, il n’y a pas de justice, allez dans la rue, revendiquez vos droits et vous gagnerez. Et nous, nous serons à vos côtés ». Cependant, ce n’est pas la première fois que l’Aube Dorée fait la guerre aux Roms. Quand on a retrouvé un jeune de 12 ans assassiné à Mégare, l’organisation a organisé un rassemblement, annonçant des mesures contre les gitans.

L’annonce de l’Aube Dorée a été perçue comme un délire de haine et de racisme. Ils y qualifient les Roms d’assassins et de criminels et disent qu’ils se sont « emparés de la ville historique ». « Les pilleurs, les terroristes et les assassins des camps de Roms ne peuvent plus être tolérés ».

Parmi les conférenciers du rassemblement, il y avait Ilias Kasidiaris et Giannis Lagos. Mais à Kato Achaïa, en Juillet 2012, le chef de l’Aube Dorée a aussi lancé des flèches racistes contre les Roms en déclarant que « le temps de la tolérance est révolu. Nous serons maintenant présents et affronterons chaque évènement » Ce qu’ils entendent par « évènement » c’est l’intégration des Roms dans la communauté locale…