5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Papandreou : "Ils cachent la vérité au sujet du référendum"

27 novembre 2013

Politique Grèce Papandreou referendum zone euro

D’après le communiqué du bureau de l’ancien Premier ministre, le commentaire présentait la proposition de Papandreou comme « suicidaire » et « catastrophique » pour la Grèce.


371 mots   677       Comments

Dans un communiqué du bureau de l’ancien premier ministre Giorgos Papandreou, un commentaire d’un journaliste de MEGA, sur la proposition de l’ancien premier ministre d’organiser un référendum pour l’approbation du deuxième contrat de prêt du pays avec ses prêteurs, a été qualifié d’injurieux. Dans le commentaire, cette proposition est considérée comme opportuniste et comme une tentative de déguiser la vérité.

papandreou

Georges Papandreou

D’après le communiqué du bureau de l’ancien Premier ministre, le commentaire présentait la proposition de Papandreou comme « suicidaire » et « catastrophique » pour la Grèce, du fait qu’elle pourrait conduire à l’effondrement de la zone euro, et peut-être même de l’UE, et très certainement propulser la Grèce hors de la zone euro.

Le communiqué du bureau de Papandreou rapporte que les commentateurs insultant « se rapprochent, consciemment ou inconsciemment, à eux de voir, de ceux qui à l’époque, ont agi soit sous l’égide de leur opportunisme politique, soit sous l’égide de leurs intérêts propres, ce qui, cependant, ne coïncide pas avec l’intérêt public, l’intérêt du pays et du peuple grec. »

Dans la même annonce, il est également noté que :

Les choix et les décisions d’un gouvernement et d’un premier ministre démocratiquement élu, quels qu’ils soient, sont évidemment soumis à la critique des citoyens, des journalistes et des commentateurs de toute sorte. C’est le lot de la Démocratie.

Inversement, les gens vulgaires et insultants, non seulement ne se trouvent pas dans la sphère des approches légitimes, mais cachent généralement leur opportunisme en s’exprimant. Ces principes s’appliquent également au choix de Giorgos Papandreou de procéder à un référendum à la fin de l’année 2011. Sélection qui reposait sur une autorité implicite de la Démocratie, l’expression directe de la volonté des citoyens. Ce qui implique évidemment, la confiance d’un chef d’Etat en ses citoyens. Il est évident que les commentateurs qui insultent, tentent encore aujourd’hui de déguiser cette vérité.