5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Italie : mobilisations dans tout le pays pour protester contre les mesures économiques

16 novembre 2013

GIIPS Société Gouvernement Italie manifestations mobilisation réforme des finances

Mobilisations et affrontements : les mesures économiques passent mal en italie


509 mots   573       Comments

L’Italie a vécu ce vendredi une journée de manifestations dans de nombreuses villes dont Rome et Milan, où il y a eu des affrontements et des moments de tension, pour protester contre les mesures économiques adoptées récemment par le gouvernement de Enrico Letta.

italie

Ces marches de protestations, organisées par les syndicats italiens CGIL, CISL et UIL et auxquelles se sont joints les étudiants, manifestent l’opposition générale au projet de réforme des finances prévu pour 2014 approuvé par la commission exécutive le 15 octobre dernier et actuellement en pourparlers au parlement.

Les manifestations de ce vendredi viennent clore en outre 5 jours de mobilisation dans toute l’Italie, incluant également des grèves dans différents domaines du secteur public, avec des arrêts du travail de 4 heures en décalé dans les différentes régions du pays.

Selon les médias italiens, à Milan, un groupe de plusieurs dizaines de jeunes se sont séparés du cortège et ont fait irruption dans les bureaux de google, pour faire des graffitis sur les murs de l’entrée de l’immeuble, tandis que dans d’autres villes comme Turin, certains étudiants ont lancé des œufs sur le siège du ministère de l’éducation.

A Naples, les policiers ont chargé les étudiants, qui avaient lancé des pierres et des bouteilles sur les agents, et ils ont riposté avec des gaz lacrymogènes, d’après le témoignage de participants à la manifestation.

Les syndicats demandent au gouvernement des mesures visant à réduire les impôts pour les travailleurs et les retraités, à fournir des fonds de pensions réévalués et de prendre des mesures pour améliorer l’efficacité des dépenses publiques.

« Nous devons dire non à une réforme des finances qui ne s’occupe que de la réduction de la dette publique, alors qu’on applique une politique qui la fait augmenter (…) Nous jouons l’avenir du pays » a déclaré la secrétaire général du syndicat CGIL, Susanna Camusso, dans son discours devant des milliers de manifestants à Milan.

La secrétaire générale du CGIL a demandé : « Comment est-il possible de dire que l’Italie est un pays moderne alors que toutes ses entreprises stratégique ferment? Comment est-il possible de dire qu’il existe des perspectives si nous ne donnons pas un nouveau souffle aux rémunérations salariales et aux retraites ? ». Elle a ensuite attaqué le gouvernement en l’accusant de ne pas respecter ses promesses.

Ainsi, elle a demandé au premier ministre qu’il prête une plus grande attention aux travailleurs et aux retraités et qu’il en finisse avec ses « contes » consistant à dire que « la crise est terminée » et qu’en 2014 la reprise économique commencera, car a-t-elle ajouté, "la reprise n’existera que quand les travailleurs n’auront plus la peur quotidienne de perdre leur emploi".


La police charge les étudiants :

Affrontements :