5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Moins de 1% des jeunes Grecs pensent que le vote est un moyen de faire entendre leur voix

5 novembre 2013

Société démocratie émigration Grèce jeunes manifestation sondage vote

45,6% des élèves disent que participer aux manifestations est le meilleur moyen de se faire entendre


511 mots   734       Comments

Moins d'un pour cent des jeunes Grecs croient que le vote est un moyen de faire entendre leur voix, selon un nouveau sondage qui suggère aussi que les adolescents se sentent de plus en plus ignorés par les décideurs. Le chômage est bien sûr leur plus grande inquiétude et plus d'un tiers d'entre eux souhaitent vivre et travailler à l'étranger.

Une jeune grecque prépare une banderole pour manifester contre les nouvelles réformes dans l'Education (photo O. Drot  ©  Okeanews)

Une jeune grecque prépare une banderole pour manifester contre les nouvelles réformes dans l'Education (photo O. Drot © Okeanews)

Un certain nombre de réponses du sondage VPRC concernant les écoles secondaires dans les principales villes du comté reflètent une désillusion croissante avec la situation économique et politique qui les entoure. Les résultats suggèrent qu'une forte proportion de jeunes Grecs se sentent incapables d'avoir un impact sur ​​le processus politique ou que leur avenir se trouvent hors du pays.

Interrogé sur le moyen le plus efficace pour les citoyens de faire entendre leur voix par les décideurs, 45.6% des élèves disent que participer aux manifestations est la meilleure méthode. Elle est suivie par 21.1% qui pensent que les grèves ou les arrêts de travail apporteront les meilleurs résultats. Un peu moins de 13% pensent que les blogs et les sites Web offrent le meilleur itinéraire. Seulement 7% opteraient pour adhérer à un parti politique et seulement 1.1 % pensent que rejoindre un syndicat donne des résultats. Une petite proportion stupéfiante de 0.6% croient que le vote fera la différence.

Près de neuf adolescents sur 10 pensent que la Grèce se dirige dans la mauvaise direction, ce qui est globalement conforme à ce que les adultes pensent selon d'autres sondages et est totalement inchangé par rapport au sondage VPRC de l'année dernière. De même, seulement 21% de ces jeunes interrogés ont déclaré se sentir confiants quant à l'avenir - à seulement 2 points de pourcentage de l'an dernier. Seulement 13% ont dit qu'ils étaient satisfaits de la façon dont fonctionne la démocratie en Grèce.

La proportion des élèves grecs qui croient qu'ils ne reçoivent pas assez d'attention de la part de leur gouvernement a considérablement augmenté, passant de 54.1% à 77.8%.

Sans surprise, avec le chômage des jeunes autour de 60%, la préoccupation numéro un parmi les élèves grecs est de savoir s'ils vont trouver un emploi dans le futur. Parmi les 700 interrogés, 43 % ont indiqué que le chômage était leur plus grande inquiétude, avec 31% préoccupé par l'état du système éducatif.

Peut-être qu'il n'est alors pas surprenant que 37% des jeunes interrogés affirment qu'ils souhaiteraient vivre et travailler à l'étranger. De même, il est peu probable que cela soit un une coïncidence que 75% des élèves du secondaire croient que ce qui définit le mieux l'Union européenne est qu'elle permet aux citoyens d'étudier, de travailler et de vivre n'importe où à l'intérieur de ses frontières. Ce pourcentage était de 50% l'année dernière.