5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Le meurtre des 2 membres de l'Aube Dorée aurait duré 7 secondes

4 novembre 2013

Police attaque Aube Dorée Grèce meurtre police

Selon la police, des séquences vidéo montrent que l'auteur aurait tiré sur les victimes déjà blessées à bout portant


682 mots   1297       Comments

Une vidéo de caméra surveillance a filmé l'attaque de vendredi soir qui a fait deux morts devant le bureau de l'Aube Dorée de Neo Iraklio à Athènes. Selon la police, les images montrent que le double meurtre n'a duré que 7 secondes et que l'auteur des tirs a ouvert le feu à bout portant sur les deux victimes déjà blessées lors de l'attaque.

A:  Coups de feux sur  Gerontas qui parvient à s'échapper;  B: Coup de feux sur le 4e homme, qui parvient à entrer dans le bâtiment;  C / Γ: l'auteur tire et tue Fountoulis et Kapelonis;  D / Δ: Les auteurs de l'attaque s'enuient à moto (Graphique: Eleftherotypia)

A: Coups de feux sur Gerontas qui parvient à s'échapper;
B: Coup de feux sur le 4e homme, qui parvient à entrer dans le bâtiment;
C / Γ: l'auteur tire et tue Fountoulis et Kapelonis;
D / Δ: Les auteurs de l'attaque s'enfuient à moto
(Graphique: Eleftherotypia)

 

Les enquêteurs de la police analysent les images d'une caméra de vidéosurveillance pour identifier les auteurs.

L'attaque a eu lieu au 420 de l'avenue Irakliou, l'une des rues les plus animées du quartier Neo Iraklio.

La police scientifique sur la scène du double meurtre :

Des sources policières ont indiqué à Eleftherotypia que la vidéo ne fournit pas seulement un enregistrement seconde par seconde de la fusillade, mais montre que les quatre membres de l'Aube Dorée debout à l'extérieur du bâtiment avaient remarqué la moto sur laquelle les deux auteurs se trouvaient avant l'attaque.

L'attaque

L'un des assaillants aurait couru vers eux, ouvrant le feu à une distance de 15m avant de se rapprocher. Les sources de la police ont ajouté que le tireur portait une casquette de baseball et tiré 13 balles en seulement 7 secondes.

Les sources ont indiqué que Alexandros Gerontas a été frappé par l'une des deux premières balles. Bien que grièvement blessé, Gerontas a réussi à s'échapper avant de s'effondrer sur le sol, ce qui l'a peut-être sauvé. Il reste dans un état critique à l'hôpital d'Athènes, où il a subi une intervention chirurgicale d'urgence ce week-end.

Un quatrième homme s'est également échappé en courant à droite vers la rue Megalou Konstantinou à proximité. Mais dans un moment de choc, indiquent les autorités, il est revenu sur ses pas, passant devant l'attaquant, qui lui a tiré deux fois dessus, manquant sa cible de seulement 2,5 m. Cet homme a ensuite réussi à se glisser dans l'entrée des bureaux de son parti et n'a pas été poursuivi par le tireur, qui s'est retourné vers Yiorgos Fountoulis, 27 ans, et Manolis Kapelonis, 22 ans,  pour ouvrir le feu à deux reprises sur chacun.

L'une des victimes aurait mis ses mains sur son visage pour tenter se protéger.

L'auteur se serait ensuite approché de l'une des victimes qui s'était effondrée sur le trottoir, lui tirant deux fois dans la tête à une distance d'un demi-mètre.

Il se serait ensuite retourné vers sa deuxième victime, qui s'était effondrée dans une mare de son propre sang après avoir été blessée à la tête, lui tirant deux balles dans le corps, avant de s'enfuir en montant sur la moto conduite par un homme portant un casque et ayant une arme à la main.

La police pense que les deux attaquants se sont ensuite enfuis par les rues Afxentiou et Minoos, avant d'abandonner la moto et de s'échapper dans un autre véhicule.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque de vendredi, bien que la police anti-terroristes pense avoir identifié certaines similitudes entre le tir et d'autres incidents.

Les funérailles

Les funérailles des deux hommes assassinés auront lieu ce lundi. La famille de Yorgos Fountoulis a demandé à ce «[qu']aucun homme politique de quelque parti" n'y assiste.

Nous voulons "ses amis, non pas comme aubedoriens, mais comme des amis pour honorer leur ami. Nous ne voulons pas de sang, comme notre enfant arrosé l'asphalte avec son propre sang, ni d'honneur, parce que nous savons l'intégrité et l'honneur de notre enfant ", indique un communiqué de son père, affiché sur la page Facebook de son fils décédé.

Les funérailles de l'autre victime, Manolis Kapelonis, 23, auront lieu à Artemida, dans l'est de l'Attique.