5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

C'est au tour du Syriza

31 octobre 2013

Ça tire Grèce Pétros Tatsopoulos Syriza

Pitsirikos prévient le Syriza. A qui le tour ?


309 mots   737       Comments

Petros Tastopoulos, député du Syriza

Petros Tastopoulos, député du Syriza

Alors que le gouvernement Samaras s’est effondré et que Venizelos se voit partir direction le fond de la prison, le SYRIZA défend et même pardonne à ceux qui lui nuisent. Vous allez voir que le SYRIZA deviendra gouvernement majoritaire et qu’il s’excusera même du fait qu’il n’est pas extrême.

Le problème du SYRIZA (outre le fait que ses membres s’ennuient et dorment debout) c’est qu’il n’a pas dit la vérité aux citoyens, alors qu’il était plus qu’évident que les gens étaient prêts à l’entendre.

Aucun changement et aucun progrès ne peut avoir lieu tant que la Grèce sera dans la zone euro, et quel que soit le parti au gouvernement, ça n’a aucune importance. Et si vous ne pouvez pas dire ça, vous n’êtes ni de droite, ni de gauche, vous êtes inapte.

Parce que les positions à l’intérieur du Syriza varient en fonction du mois, du jour et de l’heure, moi j’ai trouvé un moyen de savoir quelle est la position adéquate du SYRIZA pour le pays.

J’écoute attentivement ce que dit Petros Tatsopoulos.

Petros Tatsopoulos parle toujours sagement et à bon escient.

Le passé de Pétros à gauche, les luttes de Petros dans les rues et les places aux côtés des travailleurs et des immigrés, son altruisme, sa foi dans les collectifs, et son obstination à ne parler que depuis les bastions de résistance, comme Vima ou Skaï, a fait de lui une figure dominante et de premier plan, et une boussole pour la gauche et le mouvement populaire.

Alors vous, là, au SYRIZA… écoutez Petros. Autrement, je vais commencer à me moquer de vous !

Traduction : Okeanews