5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La situation du système de santé en Grèce est une "bombe sanitaire"

25 octobre 2013

Santé EOPYY ESY Georgiadis Grèce hôpitaux médecin OENGE Varnavas

Selon le président de l’Union des médecins hospitaliers de Grèce: "Le bord politique naturel de M.Giorgadis [ministre de la santé], c'est l'Aube Dorée."


524 mots   1591       Comments

Le président de l’Union des médecins hospitaliers de Grèce (OENGE), Dimitris Varnavas, a qualifié de "bombe sanitaire" la situation de pénurie de personnel dans le Système National de Santé (ESY) et dans l’Organisation Nationale des Services de Santé (EOPYY). Lors d’une conférence de presse, M.Varnavas a décrit une situation tragique en ce qui concerne le système de santé publique, en raisons de l'insuffisance dramatique de personnel et de matériel, et s’en est pris férocement au ministre de la santé Adonis Georgiadis.
HopitalKTPAu total, et par comparaison avec les organisations hospitalières existantes, il manque aujourd’hui plus de 6000 médecins, « problème qui est une vraie bombe sanitaire », a-t-il dit.

En outre, il a parlé « d’hémorragie nationale », faisant référence à l’émigration massive des jeunes médecins à l’étranger. Selon les données qu’il a présentées, on estime que plus de 7000 jeunes médecins ont quitté la Grèce ces trois dernières années.

Les pénuries dans les hôpitaux

Présentant la situation des hôpitaux, le président de l’OENGE a dit qu’à l’hôpital Véria, en raison du manque de personnel, on ferme les services de chirurgie, de gynécologie, et d’orthopédie, à l’Hôpital Katerinis, la clinique orthopédique interrompt ses services, à l’hôpital Magnisias on a fermé la clinique de gastroentérologie et d’ophtalmologie et les départements d’oncologie et d’hématologie sont restés ouverts avec un seul médecin, à Larissa on risque de fermer immédiatement la clinique pédiatrique et gynécologique, tandis que la clinique de chirurgie vasculaire ne peut plus prendre en charge tous ses services, à Chalkida, la clinique orthopédique de l’hôpital est restée ouverte avec seulement 2 médecins, auxquels l’administration de la la 4ème circonscription régionale de santé a imposé un service de garde de 15 jours chacun.

De graves pénuries aussi, selon M.Varnava, existent dans les hôpitaux et les centres de santé de Larissa, Trikala, Karditsa, Rhodes, Kilkis, Réthymnon Agios Nicolaos, Lemnos, Naxos, Samos, Lesbos, Zakynthos, Corfou, Lefkada, Karytsou, Cythère, Chios, Syros, Leros, Chania, Serres, Florina, Alexandroupolis, Xanthi, Kastoria, Halkidiki, Ptolémaïs, Edessa, Drame, Thèbes, Patmos, Tinos, Kea, Paros, Kos, Skopelos et Ikaria.

Condamnation virulente à l’adresse du ministre de la santé

M. Varnavas a condamné avec violence le ministre de la Santé Adonis Georgiadis, en disant que « le bord politique naturel de M. Georgiadis , c’est l’Aube Dorée, ses pratiques sont semblables à celles de Kasidiaris, et son guide est Kostas Plevris. »

A noter que M. Varnavas a envoyé une lettre ouverte au ministre de la santé pour les heures de service impayées des médecins hospitaliers, demandant à M. Georgiadis « de faire une petite pause dans ses apparitions télévisées et de trouver une solution légale au problème de la régularisation des services impayés », avertissant que « les médecins du pays ne continueront pas à travailler sans être payés».