5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La Grèce criminalise les militants qui donnent des interviews sur les mines d'or

24 octobre 2013

Droits de l'homme Liberté de la Presse antigoldgreece criminalisation Grèce Hellas Gold Mine d'Or Observatoire des activités minières Skouries Tolis Papageorgiou

"Influencer l'opinion publique" devient un crime.


927 mots   618       Comments

Le blog de l’Observatoire des activités minières (@antigoldgreece) informe sur la situation de la mine d'or de Skouries et de la lutte engagée par les habitants, dans le nord du pays. Mais selon la Police, qui a procédé a des écoutes téléphoniques de grande envergure dans la région, les objectifs visés par l’ « organisation criminelle » mise sur pied par l'administrateur du site et président de l’Observatoire des activités minières, Tolis Papageorgiou, incluent celui d’influencer l’opinion publique par le biais d’un grand nombre d’interviews accordées aux médias et à la Presse. La transcription des entretiens téléphoniques occupe plus de 200 pages du dossier. Donner des interviews deviendrait-il un crime en Grèce ?

ManifSkouries

Le dossier de l’affaire portant sur la constitution d’une organisation criminelle à Skouries inclut les textes d’interviews accordées par téléphone à des journalistes des médias grecs et étrangers. Les interviews qui sont accordées par téléphone à des journalistes qui contactent les membres -selon la Police- de "l’organisation criminelle" pour se renseigner sur les développements en Chalcidique, font partie du matériel incriminant.

La transcription des entretiens téléphoniques occupe plus de 200 pages du dossier.

A des fins de propagande

Elles concernent surtout le président de l’Observatoire des activités minières, M. Tolis Papageorgiou, qui est cité par la Sûreté de Thessalonique en tant que fondateur de l’organisation criminelle qui est active à Skouries et qui, entre autres, est accusé de fournir de faux renseignements et du matériel de propagande dans le but d’influencer sur l’opinion publique contre les mines d’or à Skouries.

Il s’agit de la transcription d’entretiens téléphoniques et d’interviews accordées aux journalistes d’au moins 11 journaux, agences de presse et médias électroniques, dont : «Eleftherotypia», «Reuters», «Agence de Presse d’Athènes», «Pontiki», «Kathimerini», «Dimokratia», «Antenna», ΕRΤ3, ERA de Komotini, «Radio Kavala» et «Studio Α». L’enregistrement est complet et détaillé. Ont été enregistrées l’heure de l’appel, la durée de l’appel, la date et la transcription complète de l’entretien et de l’interview accordée par Tolis Papageorgiou à des journalistes précis qui sont, eux aussi, cités.

Selon la Police, les objectifs de l’ « organisation criminelle » constituée par T. Papageorgiou incluent celui d’influencer l’opinion publique en accordant continuellement des interviews aux médias et à la Presse et en fournissant des informations fausses qui ne correspondent pas à la réalité. En outre, en publiant des textes sur le blog de l’Observatoire des activités minières (antigoldgreece.wordpress.com) il s’efforce également d’influencer l’opinion publique.

La Police prétend que, dans le cadre de l’opération de l’ « organisation criminelle » qu’il a constituée, Tolis Papageorgiou et, ce, tout au long de la période couverte par le dossier (de mars à août 2013), a procédé à plusieurs actions visant à réaliser les objectifs pour lesquels elle (l’organisation criminelle) a été constituée. Ainsi, il a constitué l’organisation criminelle, la dirige, accorde des interviews, rédige et publie des textes sur le site internet antigoldgreee.wordpress.com qui, entre autres, contiennent des thèses qui vont dans le sens de la philosophie et des objectifs de l’organisation criminelle et visent, en outre :

1. A créer des conditions d’influence sur l’opinion publique, au niveau tant local que plus large, étant donné que la description des circonstances réelles des activités illicites y est donnée de manière qui ne reflète pas la réalité.

2. A renforcer l’ambiance de peur qui est formée dans la région élargie d’Ierissos, dans le but de porter atteinte à l’intérêt national.

Le dossier indique également que : «Il apparaît dans l’instruction préalable que l’organisation criminelle faisant l’objet de l’enquête a pour objectif, par le biais d’actes illicites, d’annuler ou de suspendre, ne fut-ce que provisoirement, l’activité de la société Hellas Gold sur ses chantiers qui se trouvent à Skouries et Lakkos Karatza, avec possibilité de porter également atteinte, du fait des actions illicites, sur l’ambiance formée pour le pays et son environnement, du point de vue des investissements et du tourisme».

Un exemple d'enregistrement des données
«Date : 3/6/2012.
Numéro de l’appelant : 2111096400 (standard téléphonique du journal Eleftherotypia).
Début de la conversation : 13.20'.08''.
Standardiste: Bonjour, j’appelle du journal Eleftherotypia. Veuillez attendre un instant, je vous passe M. Apostolakis (journaliste).
Elle passe une autre personne qui parle en tant qu’appelant.
Bonjour, M. Papageorgiou. Je suis Apostolakis du journal Eleftherotypia.
(Suit le texte transcrit de l’entretien complet).
Fin de la conversation : 13.27'.08''
Durée de la conversation : 06'.35''».

Cet entretien portait sur un appel à Tolis Papageorgiou, afin d’avoir des informations sur son voyage au Canada, sur invitation de la députée gréco-canadienne, Mme Niki Ashton, qui souhaitait également informer les parlementaires de son groupe et les Grecs vivant au Canada, sur les activités d’Eldorado Gold en Chalcidique et à Perama d’Evros.

La semaine dernière, la Cour européenne de justice a statué en faveur d'un procès intenté par @antigoldgreece et Papageorgiou qui dénonçait la vente de l'Etat à la compagnie minière comme illégale et contraire aux principes du marché commun.