5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Après "l'Ange blond", la répression

22 octobre 2013

Droits de l'homme Fascisme Police campement rom contrôles d'identité enlèvement Grèce Maria perquisition police

Descentes de police dans des campements roms en Grèce, au prétexte de l'affaire de la "petite Maria"


347 mots   575       Comments

La police a perquisitionné hier dans des camps roms et a pratiqué des contrôles d’identité sur les enfants. Finalement, il n'y a rien de très étonnant à cela : l'engouement médiatique pour l'affaire de la "petite Maria" et le rabâchage du bon vieux thème des "gitans voleurs d'enfants", ne pouvait que semer un climat de suspicion, qui en l'occurrence, avoisine la paranoïa. Des accusations sans preuves, toute une population stigmatisée, voilà apparemment qui suffit aux autorités grecques pour qu'elle permettent une "descente policière" dans les campements roms, au risque (mais qui s'en préoccupe encore?) de traumatiser les enfants et de terrifier les occupants des lieux.
gamine rom« Les roms enlèvent les bébés ». La première des journaux porte quotidiennement sur l’affaire de la « petite Maria » qui a été trouvée dans le quartier gitan de Pharsale, et ne laisse aucun malentendu. La presse utilise le mot politiquement correct de « Rom » pour incriminer collectivement un groupe racial comme kidnappeurs de nourrissons.

Le stéréotype raciste du « gitan voleur d’enfant » revient violemment avec l’intérêt international légitime que porte la presse à l’histoire de la « jeune fille blonde aux yeux bleus ».

Mais qu’en est-il des milliers de Marias inconnues qui se trouvent actuellement dans les camps de détention, qui ne sont pas des « anges blonds », mais des basanés sans le sou ? Qu’en est-il des enfants roms qui ne sont pas victimes d’enlèvements (de même qu’on ne sait toujours pas si Maria elle-même en est une), mais qui sont victimes de la marginalisation, de l’ignorance et des préjugés ?

Une chose est plus que probable, c'est qu'avec l'empressement des médias à véhiculer l'image des "gitans voleurs d'enfants", les interventions policières dans les camps roms risquent de ne pas être les seules, et certains groupuscules haineux pourraient bien se sentir en droit de mener des "expéditions punitives". Ce sont hélas les conséquences bien connues de la stigmatisation ethnique massive..