5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Espagne : 19,2% de la population de Madrid risque de sombrer dans la pauvreté

18 octobre 2013

Economie GIIPS Société chomage crise Espagne Europe Madrid pauvreté

« Depuis le début de la crise, le nombre de personnes sans emploi a triplé, mais en plus, le niveau de vulnérabilité sociale a augmenté. Les chômeurs sans couverture sociale sont, actuellement, 6 fois plus qu’en 2007 ». Le rapport indique également que les personnes de plus de 65 ans sont devenues le principal soutien des familles madrilènes en difficulté.


573 mots   706       Comments

Le CCOO (la Confédération syndicale des ouvriers) dénonce le fait que Madrid soit la quatrième région avec la plus forte proportion de chômeurs et que son niveau de protection sociale soit inférieur à la moyenne nationale.
pobreza-afecta-millones-personas-Espana_EDIIMA20131010_0435_13
Le président de la communauté de Madrid, Ignacia Gonzalez s’est vanté en diverses occasions que le taux de chômage de la région (19,5%) était en dessous de la moyenne nationale de plusieurs points (26,2). Cependant, derrière cette différence, il y a d’autres données qui montrent une augmentation de l’inégalité et de la précarité dans la commune : Madrid est la quatrième région avec la plus forte proportion de chômeurs sans revenus, et son niveau de protection sociale est inférieur à la moyenne de l’État et 19,2% de la population madrilène risque l’exclusion sociale, selon un rapport du CCOO de Madrid.

La commune accumule 642 600 personnes au chômage, dont 330 000 (51,5%) ne reçoivent pas la moindre prestation. Le chômage de longue durée a augmenté : en 2007, 20,3% des chômeurs mettaient plus d’un an à retrouver un emploi, maintenant ce chiffre s’élève à 57,2%. Plus de 200 000 foyers madrilènes voient tous les membres de leur famille au chômage et une famille sur 4 compte la moitié de ses membres au chômage.

Dans le même temps, le taux de couverture de prestations chômage est passé de 71,4% en 2010 à 60,4% en 2012, alors que la moyenne nationale se situe maintenant à 65,8%.

« Depuis le début de la crise, le nombre de personnes sans emploi a triplé, mais en plus, le niveau de vulnérabilité sociale a augmenté. Les chômeurs sans couverture sociale sont, actuellement, 6 fois plus qu’en 2007 » dit le rapport.

19,2% de la population de la commune (plus de 1,2 millions de personnes) sont au bord de la pauvreté ou de l’exclusion sociale, selon l’indicateur AROPE, qui prend en compte le niveau des revenus, de la privation matérielle et de la fréquence de l’emploi. « Si en 2010, la valeur du seuil a été fixée à 7 856, 6 euro par unité de consommation pour une personne, en 2012, la valeur a été réduite, se situant à 7354,6 euro, ce qui décrit clairement un appauvrissement de la société espagnole », signale le CCOO.

63% des ménages ont des problèmes pour joindre les deux bouts à la fin du mois et plus de 39% sont incapables de faire face aux frais imprévus. La demande d’allocation minimum d’insertion a augmenté de 300% entre 2008 et 2012 et les expulsions ont augmenté de 225% sur la même période, comparativement aux 157% au niveau national.

Le rapport indique que les personnes de plus de 65 ans sont devenues le principal soutien des familles madrilènes en difficulté. Une des données qui soutient cette affirmation est que, durant la période de la crise, la dépense moyenne par famille a baissé dans tous les groupes d’âge, sauf dans le groupe des plus de 65 ans, où elle a augmenté de 8,3%.

Le syndicat propose de créer un plan spécial de garantie de revenus pour les chômeurs et leur famille, en fonction du manque de ressources économiques, qui augmenterait l’allocation minimum d’insertion et ajouterait un complément additionnel d’urgence sociale pour pallier aux situations d’extrême nécessité.

Le CCOO prêche également en faveur du loyer social et du renforcement des services sociaux.