5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : bombes toxiques sur … fond d’or

12 octobre 2013

Environnement Grèce Hellas Gold Skouries

L’Observatoire des activités minières dénonce Hellas Gold comme un danger pour Stratoni et Olympiada. Aucune des mesures nécessaires à la protection des employés et de l'environnement ne serait respectée.


976 mots   890       Comments

Par le biais d’un rapport de plainte déposé auprès des services compétents et de autorités judiciaires, l’Observatoire des activités minières dénonce un scandale majeur, aux multiples aspects touchant à la santé et à la sécurité publique, à l’environnement, mais aussi à l’économie, lié à des concentrés « toxiques et dangereux » d’Hellas Gold. Il signale que les habitants de Stratoni et d’Olympiada n'ont absolument aucune information concernant les bombes toxiques qui se trouvent à côté de chez eux.

Hellasgold
Ainsi, le rapport révèle que le gestion de concentrés toxiques et dangereux tels que plomb, argent et mercure, est faite par Hellas Gold sur le site de production, à Stratoni et Olypiada, comme s’il s’agissait de simples agrégats !

Le rapport relève également l'aspect économique du scandale, puisque les concentrés sont exportés en Chine en tant que matière première pour la production de dioxyde de soufre et d’acide sulfurique, dissimulant aux autorités grecques qu’ils contiennent des quantités d’or et d’argent et, en réalité, ils sont acheminés vers des métallurgies de l’étranger afin que les métaux précieux en soit prélevés.

À Sindos

Ainsi, dans son rapport soumis au Parquet de Thessalonique et de Chalicidique ainsi qu’auprès de l’Avocat Général de la Cour d’Annulation (Areios Pagos), mais aussi auprès de tous les ministères et acteurs compétents, l’Observatoire dénonce :

Des concentrés de galène (plomb / argent) et de blende (mercure), provenant des installations minières d’Hellas Gold à Stratoni, ainsi que des concentrés de pyrite de fer / mispickel (sulfoarséniure de fer), provenant des installations minières d’Hellas Gold à Olympiada, sont acheminées vers un entrepôt spécial de la société Balkan Logistics s.a.r.l. situé dans la zone industrielle de Thessalonique, à Sindos. De là, ils sont chargés dans des containers et, par le biais du port de Thessalonique, sont exportés en Chine. Ainsi qu’il ressort des Fiches de sécurité de la société productrice (Hellas Gold), les trois concentrés sont qualifiés de « toxiques et dangereux ». Selon l'arrêté ministériel d'approbation des termes environnementaux, l’entrepôt relève des dispositions de l’arrêté N°12044/2007 (directive Seveso II) ainsi que de termes stricts spéciaux en matière de protection de l’environnement et d’hygiène et de sécurité des travailleurs.

Ainsi, entre autres, concernant l’entrepôt des minerais à Sindos, il est prévu que les concentrés dangereux soient entreposés à porte fermée. L'entrepôt doit être équipé d'un système de ventilation et de dépoussiérage et d'une cheminée de 11,5 m.

Toutefois, l’Observatoire a constaté que pareille cheminée n’existe pas. Le sol de l’entrepôt doit être nettoyé pour éliminer la poussière toxique tandis qu’il doit exister un système de nettoyage des pneus des véhicules afin d’éviter la dispersion de poussières toxiques. Les travailleurs de l’entrepôt doivent porter des masques de protection dotés de respirateur. Durant le chargement-déchargement, ils doivent porter un masque couvrant la totalité du visage, des gants, des lunettes de protection et des combinaisons de protection intégrales. Une fois utilisés, ces équipements sont considérés comme des déchets dangereux.

Et pourtant, ces mêmes concentrés toxiques et dangereux -ainsi que la société elle-même les qualifie- "sont traités comme s’il s’agissait de sable et de gravier. Ils sont simplement accumulés dans des « places » couvertes d’une toiture, ouvertes aux quatre vents" à Stratoni et Olympiada.

Et, l’Observatoire de poursuivre dans son rapport : « durant la procédure en vue de l’obtention du permis d’exploitation des installations minières de Stratoni et Olympiada, la société Hellas Gold a parfaitement dissimulé aux autorités compétentes -et, bien entendu, au public intéressé- le caractère toxique et dangereux des concentrés».

Ainsi, les installations ne relèvent pas des dispositions de la directive Seveso II relève de la prévention et à la maîtrise des dangers liés aux accidents industriels majeurs impliquant des substances dangereuses, bien que les quantités de concentrés stockées aux « places » ouvertes sont plusieurs fois supérieures à celles stockées dans l’entrepôt de Sindos.

Aucune information

Il en résulte que les employés chargés de la manutention de ces matériaux ne disposent pas des moyens de protection individuelle nécessaires, ni de l'information nécessaire concernant les dangers pour leur santé. Ainsi, les concentrés sont chargés sur les camions à l'aide d'une chargeuse-pelleteuse. Les pneus des camions qui traversent les villages avant d'aboutir à Sindos ne sont pas nettoyés, mais pour entrer et sortir de l'entrepôt de Sindos, ils doivent passer par un dispositif de nettoyage spécial !

L’Observatoire souligne que, notamment pour ce qui concerne le concentré de pyrites d’Olympiada, il s’agit d’un matériau particulièrement dangereux qui, outre le fait d’être particulièrement toxique pour l’homme et l’environnement (teneur en arsenic : 8% ou plus), est également un facteur d’incendie.

Ainsi, le rapport souligne que :
• à Stratoni, l’usine d’enrichissement se trouve littéralement dans l’agglomération et sur la mer.

• à Olympiada, les installations similaires se trouvent à côté d’un cours d’eau à courant continu, à une distance très courte de la route provinciale, de l’agglomération d’Olympiada et du front de mer.

• Le transport des concentrés toxiques et dangereux a lieu à l’aide de camions qui ne portent aucun des panneaux et indications requis par la législation.