5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce et mine d'or : un accident toxique révélé par pure coïncidence

12 octobre 2013

Environnement accident Grèce Skouries

Le camion en panne à l'origine de l'accident ne comptait aucun des pictogrammes requis montrant la dangerosité de son contenu.


739 mots   1313       Comments

Alors que l’Observatoire venait (le 12 septembre) de transmettre son rapport aux autorités compétentes et aux autorités judiciaires concernant les concentrés toxiques et dangereux d'Hellas Gold et leur transport en-dehors de tout respect des dispositions légales en la matière, un accident est survenu dans l’après-midi même de la même journée.
Camionbisbis
Vers 16h00, un camion de la société « MAGOUNAKIS » se dirigeant vers Thessalonique chargé de concentré toxique mispickel (sulfoarséniure de fer), de la mine d’Olympiada d’Hellas Gold, s’est arrêté à une station service à cause d’une panne de moteur, à Rentina. Le chargement s’étant déplacé dans le camion, les charnières de la porte ont cassé, et une quantité importante du concentré est tombée dans la rue.
Par coïncidence, des membres du comité de coordination de la lutte contre le projet d’investissement d’Hellas Gold passaient à proximité, à bord de leur véhicule. Ils ont reconnu le camion et le matériau noir qu’il transportait et ont prévenu la police et la municipalité de Volvi. Une équipe de la société s’est également rendue sur les lieux.

Les travailleurs d’Hellas Gold ont dû collecter le matériau dangereux sans aucune protection. Le journal « Efimerida ton Syntakton» explique que le Procureur compétent s’est saisi de l’affaire et le chauffeur du camion a été interrogé pour plusieurs heures avant d’être libéré. Le silence de la société Eldorado aurait été brisé par un « représentant » qui aurait déclaré à thestival.gr que “il n’y a pas lieu de s’inquiéter, puisque les concentrés (toxiques) ont été déversés sur le site du service de vulcanisation” !

Le comité souhaite relever certaines choses, pour éviter les impressions erronées :

Ainsi que nous venions de dénoncer (quelques heures avant l’accident !), la gestion de ce matériau toxique et dangereux à Olympiada, où il est produit, a lieu sans absolument aucune mesure de protection de l'environnement et des travailleurs. Hella Gold en a dissimulé la dangerosité tant aux travailleurs qu’aux habitants de la région et aux autorités qui ont délivré le permis d’exploitation du grand « investissement ».

Le fait que la société ait envoyé des travailleurs collecter le matériau sans aucun moyen de protection ne doit pas surprendre. C'est la réalité quotidienne à Stratoni et Olympiada. C'est là la société Hella Gold et c’est là tout l'intérêt qu'elle manifeste pour le pays.

L’incident d'hier, où des matériaux toxiques échappent des camions surchargés de Magounakis, n’est pas le seul, selon des informations dont nous disposons. C’est le seul que nous avons appris, nous et le reste de la Grèce, par pure coïncidence.

Les indications que le camion devait porter (mais ne portait pas)

poisson mort

symboles camion
Le camion devait porter, entre autres, collées sur les côtés, dans la partie arrière du véhicule, ces deux indications :

• Le pictogramme de la « substance dangereuse pour l’environnement » (symbole : un poisson et un arbre morts - noirs sur fond blanc ou un fond contrastant adéquatement).

• Le pictogramme de la « substance toxique » (symbole : tête de mort et os croisés, noir sur fond blanc. Le chiffre “6” dans l’angle inférieur)

• Deux panneaux orthogonaux de couleur orange réfléchissante, un à l'avant du véhicule et l'autre à l'arrière, le premier portant le numéro d'identification du danger ("6": danger d'empoisonnement par inhalation, contact cutané ou absorption. « 66 » : substance particulièrement toxique), le second portant le code spécial des Nations Unies, concernant la substance dangereuse en question.
Les camions de la société Magounakis ne portent AUCUN des panneaux et indications décrites. La photo est celle d’un camion similaire, tandis qu’il traverse le village de Stavros, quelques jours auparavant :

 

camion

Quels sont les documents qui devaient accompagner le camion et le chargement?

La lettre de transport indiquait que le concentré était acheminé vers l'entrepôt de BALKAN LOGISTICS à Sindos. Sous la rubrique « NATURE » il était indiqué “CONC. ASPY” (arsenopyrite concentrate, concentré de sulfoarséniure de fer), tandis que la rubrique “QUANTITE” ne contenait aucune information. Aucun autre document n’accompagnait le chargement dangereux…

Le camion impliqué dans l’ « accident » (absolument attendu) était garé, la veille, au port de Stavros. Était-il chargé ? Vide ? Nul ne le sait.
camionbis