5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

"La planque aux révélations" Aube Dorée : quand le gouvernement feint la surprise en Grèce

26 septembre 2013

Opinion Politique Aube Dorée Fascisme Gouvernement Grèce police racisme

"L’Aube Dorée est toujours utile pour ceux qui obéissent au doigt et à l’œil aux usuriers. Et, à présent, ils s’en servent pour dissimuler sous leur « incommensurable amour » de la démocratie la nouvelle tornade du mémorandum et les nouvelles mesures qui étaient censées ne pas devoir être adoptées."


907 mots   1008       Comments

Les nouvelles "révélations" sur l'Aube Dorée étaient connues depuis au moins un an. Les actions et agressions aussi. Et pour Kartesios, le gouvernement feint la surprise alors qu'il est le premier responsable de la situation, tout en utilisant Aube Dorée pour masquer la tornade de mesures d'austérité à venir. Pour lui, "Le ridicule et le lamentable en même temps, résident en ce que le Nouvelle Démocratie des délires racistes, le premier ministre des pogroms et ses conseillers qui, de leurs justifications, ont nourri Aube Dorée, sont ceux qui, à présent, se chargent de nous sauver d’Aube Dorée."

Kartesios250913

Par Kartesios.

Non, bien sûr que non, il ne s’agit pas d’un « orage » de révélations concernant Aube Dorée. Il s’agit d’une pure planque. D’une réserve formée et mise de côté, pour être exploitée plus tard. Au moment et de la manière où cela arrangera au mieux. Et, cette fois encore, l’on utilise cette planque si particulière où est gardé le matériel concernant Aube Dorée.

Le gouvernement feint la surprise, suite aux « révélations. » Des « révélations » et des renseignements qui étaient connus depuis au moins un an. Le ridicule et le lamentable en même temps, résident en ce que le Nouvelle Démocratie des délires racistes, le premier ministre des pogroms et ses conseillers qui, de leurs justifications, ont nourri Aube Dorée, sont ceux qui, à présent, se chargent de nous sauver d’Aube Dorée.

Mais, qui donc leur fera confiance ? Manœuvres qui visent à impressionner, bien organisées, mais qui ne mènent à rien. Ou, plutôt, qui mènent à ce qu’Aube Dorée demeure intacte sur le plan politique. Et les accusations contre elles créeront un cadre global et flou « de protection de l’ordre juridique » dans lequel sera également jetée la violence de la défense des citoyens.

Des journalistes découvrent soudain des « témoins » empressés, désireux d’expliquer les violences de l’Aube Dorée. Des reportages découvrent soudain des gourdins, des couteaux et des armes entre les mains des membres d’AD, comme si, jusqu’à présent, leurs agressions étaient perpétrées au moyen de serpentins et de confettis. Des éditeurs de presse prêts à laver le gouvernement et leurs médias et à en éliminer la marque du fasciste, comme si ce n’étaient pas ces mêmes médias qui accueillaient dans leurs pages et leurs émissions tout le populisme fasciste qui a tourné chaque idiot désespéré contre les immigrés et les espaces progressistes.

Sur le corps de Pavlos Fyssas, une danse de « l’indignation » est dansée par tous ceux qui, jusqu’à la nuit du meurtre, donnaient aux idées du mort le nom de « l’autre extrême. » Et, lorsque l’ « autre extrême » a laissé son dernier souffle, les instigateurs moraux se sont empressés de se rincer les mains de son sang. Tous ceux qui étaient responsables d’avoir présenté les néonazis comme un phénomène de mode de vie, quasi ‘people’, hurlent à présent « nous étions au courant de rien. »

Or, non seulement étaient-ils au courant, mais, en plus, ça les arrangeait bien. L’Aube Dorée est toujours utile pour ceux qui obéissent au doigt et à l’œil aux usuriers. Et, à présent, ils s’en servent pour dissimuler sous leur « incommensurable amour » de la démocratie la nouvelle tornade du mémorandum et les nouvelles mesures qui étaient censées ne pas devoir être adoptées.

Le gouvernement Samaras aurait dû tomber de lui-même, une fois démenti à propos du fait que « le meilleur est proche. » Et, pourtant, il est là, debout, assenant des « tickets de 25 euros par hospitalisation », de nouveaux impôts, de nouveaux licenciements et, en même temps, en tenant fièrement le flambeau de la démocratisation de la police ! Au même moment, le président de la république remettra un prix à la seule agent de police qui est intervenue lors du massacre de Fyssas ! Si ce n’est pas, là, un aveu que l’arrestation d’un membre d’Aube Dorée constitue une brillante exception par rapport à la pratique ordinaire et au sens commun, alors, qu’est-ce ?

Bien sûr, les autres agents n’ont que faire de pareilles récompenses. Le premier ministre avait déjà rendu justice à la « bonne » attitude de la police face à l’Aube Dorée quand il déclarait, il y a quelques jours, à la Foire internationale de Thessalonique, que l’excédent primaire -oui, il insiste toujours que ça existe- servira à renforcer les revenus de « ceux qui ont été le plus injustement frappés : les hommes d’uniforme. »

Nul besoin d’autres témoignages hormis celui de la reconnaissance, par le chef du gouvernement, des services rendus par les policiers qui protègent les membres d’Aube Dorée pendant que ceux-ci s’adonnent aux agressions contre les manifestants. Je ne sais pas dans quelle mesure la situation peut devenir encore plus surréaliste. Dans tous les cas, l’artiste est drôlement inspiré et, nous, en tant que toile, nous nous prêtons parfaitement à ce que l’œuvre qui fait l’éloge du déraisonnable soit achevée.

Traduction Okeanews