5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : les "réservistes des forces spéciales" demandent la démission du gouvernement

26 septembre 2013

Société Grèce manifestation rumeurs

Le groupe de "réservistes des forces spéciales" souhaite un "gouvernement d'union nationale" et affirme que les «forces armées», ainsi que les «forces de sécurité», pourraient «garantir» la mise en œuvre de son programme.


842 mots   1131       Comments

Un groupe se faisant appeler les réservistes des forces spéciales grecques a fait une annonce qui rend la twittosphère et les médias un peu nerveux. L’objectif des réservistes est de  "Défendre leur patrie" et ils ont prévu une manifestation à Athènes ce samedi à 16h. Dans leurs demandes, ils souhaitent, entre autre, "La démission immédiate du gouvernement", "La suspension de l’application des lois du mémorandum et la proclamation d’élections" et la "Confiscation immédiate du patrimoine de ressortissants allemands". Une enquête aurait été demandée par un procureur concernant cette annonce. 

impression écran du site du "KEED"

impression écran du site du "KEED"

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le "Syndicat des réservistes des forces spéciales helléniques" (Keed) a indiqué qu'il va se réunir à 16 heures sur la place Syntagma afin d'exiger "la démission immédiate du gouvernement", car celui-ci a manqué à son devoir d'assurer "la santé, l'éducation, la justice et la sécurité", alors qu'il est contraint de le faire selon l'article 22 de la constitution.

Le groupe affirme que le nouveau "gouvernement d'union nationale" doit prendre le pouvoir, qui sera présidé par le président de la Cour suprême et devra inclure "des personnalités éprouvées sans liens politiques" et des membres de l'Académie d'Athènes.

Le groupe appelle également à la démission du président à un "moment opportun".

Les exigences du groupe et sa volonté d'appeler ouvertement pour la démission du gouvernement alimentent les inquiétudes au sujet de l'infiltration des forces armées, alors que les "révélations" concernant l'Aube Dorée ne cessent d'être diffusées par les médias grecs.

Plus tôt cette semaine, le ministre de la Défense, Dimitris Avramopoulos, a lancé une enquête sur des allégations que des membres des forces armées ont contribué à former des escadrons de la mort formés par les néo-nazis du parti de l'Aube dorée.

Le groupe qui souhaite protèger la «mère patrie» de ses «ennemis» appelle "tous les Grecs indépendamment de leurs convictions politiques à se manifester avec un drapeau grec à la place Syntagma pour exiger la restauration de notre souveraineté nationale".

L'année dernière, ce groupe avait déjà manifesté lors de la venue d'Angela Merkel à Athènes :

A ceux qui craignent un "coup d'Etat" des utilisateurs des réseaux sociaux répondent en cœur : "Avez-vous déjà vu un coup d'Etat être annoncé plusieurs jours avant ?".

L'ensemble des demandes du groupe :

1. La démission immédiate du gouvernement, pour cause de son incapacité à fournir au peuple ce que prévoit la Constitution (article 22) en matière de Santé, d’Éducation, de Justice, de Sécurité.

2. La constitution d’un gouvernement d’urgence nationale, sous le Président de la Cour d’Annulation, composé de personnalités reconnues ne faisant pas partie de la scène politique, et de conseillers de l’Académie d’Athènes.

3. La suspension de l’application des lois du mémorandum et la proclamation d’élections, dans un délai de deux mois, avec interdiction de participation pour tous les politiques membres des gouvernements qui sont responsables de la situation économique actuelle.

4. Une commission d’examen, composée de magistrats supérieurs, qui attribuera les responsabilités quant aux questions de savoir comment et qui sont ceux qui nous ont conduit au mémorandum. Création d’une Cour constitutionnelle dont les arrêts auront un véritable pouvoir d’application.

5. Suspension immédiate des licenciements dans le secteur public.

6. Suspension des impôts pour les familles dont le revenu est inférieur à 25 000 €.

7. Suspension des saisies et des créances bancaires jusqu’à l’achèvement de l’audit des banques par des auditeurs assermentés, et attribution des responsabilités.

8. Dénonciation de la dette odieuse.

9. Interdiction de vendre le patrimoine public, poursuite des opérations des industries de défense.

10. (particuliers, entreprises, État) jusqu’à l’acquittement de l’intégralité des dédommagements dus à l’État hellénique au titre des réparations de guerre et de l’emprunt forcé contracté sous l’occupation.

11. Levée de la loi sur la responsabilité des ministres et de l’immunité parlementaire. Tous les Grecs, sans exception, sont égaux devant la Loi (article 4).

12. Audit du patrimoine de tous ceux ayant occupé des postes dans la fonction publique, poursuites pour enrichissement illicite et restitution à l’État.

13. Contrôle des opérations - licéité des permis des chaînes de TV et paiement immédiat de leurs créances envers le Trésor.

14. Protection contre l’expansionnisme ennemi en Mer Égée, Macédoine, Épire, Thrace et Chypre, et répression des divers groupes opérant sur le territoire grec.

15. Éloignement des immigrés clandestins, qui seront orientés vers les pays européens et les pays de transit. Interdiction d’exporter des sommes supérieures à 20% de leur revenu imposable.