5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

"Renvoyez le cheval de Troie de l’austérité aux allemands" : le message de Greg Palast au peuple grec

25 septembre 2013

Economie Opinion Aube Dorée austérité Fascisme Grèce USA

Greg Palast prend une nouvelle fois sa plume pour délivrer un message aux Grecs


491 mots   741       Comments

Greg Palast, écrivain-chercheur et journaliste américain, s'inquiète de la montée du fascisme en Grèce, qui lui rappelle de très mauvais souvenirs. Il décide donc de prendre encore la plume et de faire part de ses craintes au peuple grec, ainsi que de son analyse : le fascisme ne peut naître que de la misère et du désespoir social.

14-1--15-thumb-medium

Greg Palast

"Voici l'antidote à la violence fasciste : redonnez vie à l'économie. Et renvoyez le cheval de Troie de l'austérité aux allemands".

Attendez-vous au pire. Il se profile. Peut-être que ça vous semblera étrange, mais je suis surpris que la violence soit jusqu’à maintenant si limitée. Quand les gens sont dos au mur, affrontant le chômage qui atteint les 28%, on a souvent tendance à blâmer les victimes, plutôt que de chasser leurs bourreaux.

Le meurtre de Pavlos Fissas me rappelle ce qu’ont vécu les États-Unis quand les usines ont été fermées dans le Midwest, dans les années 90. A l’époque, les jeunes chômeurs, impuissants, désorientés, sont tombés dans des organisations skinheads d’extrême droite et se sont engagés dans une campagne meurtrière, qui a commencé avec l’assassinat d’un journaliste juif et qui a abouti à l’attentat d’un bâtiment gouvernemental à Oklaoma, faisant 168 morts.

Quand les vautours de l’économie mondiale déchirent l’économie qui se meurt, les gens doivent reconnaitre leur véritable ennemi. Malheureusement, les travailleurs, les étrangers et les autres sont des cibles faciles. Il est plus facile de poignarder un artiste de Hip Hop sans défense que de s’attaquer à un requin des institutions financières qui s'enrichit au prix de la souffrance de la nation.

On a vu des phénomènes similaires dans le monde entier dans les années 30, quand la catastrophe économique a engendré des fascistes, qui cherchaient réparation en promouvant l’hyper patriotisme, le racisme et le pogrom.

La solution n’est pas de se noyer dans un lac de terreur, la solution n’est pas de mettre hors la loi l’Aube Dorée et ses pratiques néonazies. La solution réside dans l’éducation du peuple, de sorte que les gens sachent quelles sont les vraies causes de l’effondrement de l’économie. L’Aube Dorée est un symptôme de la maladie de votre nation, et non pas la cause. Le gouvernement de coalition à Athènes est contraint de supprimer encore 15 000 emplois, et cette action rendra 15000 familles sensibles au « charme » du fascisme.

Les Etats-Unis et la Chine sont sortis de la crise en augmentant le déficit public, en ajoutant de nouveaux emplois et en renforçant les coûts financiers.

C’est l’antidote à la violence fasciste : redonnez vie à l’économie. Et renvoyez le cheval de Troie de l’austérité aux allemands.