5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

L'Université d'Athènes ferme ses portes et aura recours à la justice grecque et européenne

24 septembre 2013

Education Justice Grèce réforme université

La colère des acteurs de l'Université contre les réformes absurdes imposées par le gouvernement finira au tribunal grec... et européen.


474 mots   997       Comments

Le conseil d'administration de l'Université d'Athènes fait connaître publiquement ses intentions : l'Université n'ouvrira pas ses portes, "ne disposant même pas des conditions minimales pour encadrer étudiants et enseignants".

L'entêtement du gouvernement à appliquer des réformes absurdes qui n'aboutissent qu'à tuer un peu plus l'Université grecque, révolte tous les acteurs de l'université. Le conseil d'administration prévoit donc un recours en justice, non seulement auprès de la justice grecque mais aussi auprès de la justice européenne.

Banderole devant l'Université d'Athènes le vendredi 20 septembre 2013 (photo OD  © Okeanews)

Banderole devant l'Université d'Athènes le vendredi 20 septembre 2013 (photo OD © Okeanews)

 

Voici l'intégralité de la résolution du conseil d'administration.

RÉSOLUTION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’UNIVERSITÉ

Dans sa réunion extraordinaire du 23 septembre 2013, le Conseil d’Administration de l’Université Capodistria d’Athènes (EKPA), constate:

L’impossibilité objective complète pour l’Université d’Athènes de fonctionner au niveau de l’enseignement, de la recherche et de l’administration.

Que l’insistance incompréhensible des ministères de l’éducation et des cultes et de la réforme administrative et de la gouvernance électronique sur des choix qui mènent directement au minage de l’enseignement universitaire de la jeune génération de Grèce, l’espoir essentiel de dépasser la crise sociale et économique dans les années à venir, ne peut en aucun cas être concevable.

Que, partant de calculs comptables sans fondement et de faux syllogismes, qui ne conviennent pas aux instances responsables d’un état de droit, et avec un manque total de transparence, les ministères de l’éducation et des cultes et de la réforme administrative et de la gouvernance électronique marginalisent la première Université du Pays et des Balkans qui contribue, depuis 1837, sans interruption, à l’enseignement, à la recherche et à la société et, par-là, au développement du pays.

Suite à quoi, le Conseil d’administration décide de recourir aux juridictions compétentes du pays mais aussi d’Europe, invoquant ses droits constitutionnels et les conventions internationales sur l’espace unique européen de l’enseignement universitaire.

C’est avec regret que le Conseil d’administration de l’Université d’Athènes informe l’opinion publique qu’elle se voit contrainte à ne pas pouvoir procéder aux inscriptions des nouveaux étudiants, à la réalisation des sessions d’examens, aux cérémonies de prestation de serment des étudiants diplômés et, en général, de n’être pas en mesure de remplir ses fonctions académiques et sociales, ni de remplir ses obligations internationales.

Enfin, le Conseil d’administration prie toute personne compétente à lever, ne fut-ce qu’au dernier moment, les mesures prises contre l’Université d’Athènes.

Athènes, le 23 septembre 2013

Le Conseil d’administration de l’Université Capodistria d’Athènes