5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Déclaration de la famille de Pavlos Fyssas au sujet de la photo en Une de "Proto Thema"

23 septembre 2013

Brèves Aube Dorée Grèce Pavlos Fyssas

La réaction d'une famille meurtrie et en colère suite à la publication d'une photo montrant leur fils agonisant dans les bras de sa petite amie.


297 mots   1277       Comments

Le journal Proto Thema déclenche la colère et ranime la douleur de la famille de Pavlos Fyssas en publiant en Une sa photo agonisant dans les bras de sa petite amie. Accompagnée par une équipe d'avocats, la famille publie une déclaration à l'attention du Procureur Général de la Cour d'Annulation et à celle du journal Proto Thema.

Des fleurs à l'endroit du meurtre de Pavlos Fyssas (source enetenglish)

Des fleurs à l'endroit du meurtre de Pavlos Fyssas (source enetenglish)

Traduction de la lettre :

À l’Union des rédacteurs de la presse quotidienne d’Athènes
Notification :
1) Procureur général de la Cour d’Annulation
2) Journal « Proto Thema »

DÉCLARATION
De la famille de Pavlos Fyssas

Selon des renseignements provenant de source sûre, dans son numéro du dimanche 22 septembre 2013, le journal « Proto Thema » publiera des photographies de notre fils assassiné, prises par un inconnu après l'agression mortelle dont il a été victime au soir du mardi 17 septembre 2013.

Considérant que la publication de ces photographies constitue une atteinte flagrante et vulgaire à la mémoire d’un défunt.

Considérant que, en tant que famille, nous exigeons que tout le monde respecte notre immense douleur et nous laisse enfin vivre dans le silence et la dignité la perte de Pavlos.

Nous vous invitons à prendre toutes les dispositions que votre devoir de journalistes impose afin de défendre la mémoire de Pavlos Fyssas et la sécurité et la paix de ses parents qui sont également représentés dans les publications concernées.

D’ailleurs, la Justice, en laquelle nous avons confiance, a dorénavant le premier et le dernier mot.

Fait à Keratsini, le 21 septembre 2013,

La Famille, par l’intermédiaire de ses avocats fondés de pouvoir,
Andreas Tzellis
Georgios Marangos
Constantinos Bikas