5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Un comité de médecins dénonce les dernières violences policières en Grèce

20 septembre 2013

Police Santé Grèce répression violences policières

"Nous appelons à la cessation immédiate de la politique de plus en plus agressive de répression appliquée par l’état mais aussi par les groupes paraétatiques, avant de pleurer d’autres victimes."


306 mots   615       Comments

Blessure à la tête

Blessure à la tête

Le 19 septembre, un comité de cinq membres de médecins de l'hôpital Tzaneio à Athènes ont dénoncé les violences policières de la soirée du 18 septembre.

Le service des urgences du département de chirurgie avait reçu ce jour là 31 manifestants, tous blessés par des coups sur la tête.

Leur texte :

En tant que médecins de l’hôpital Tzaneio, nous exprimons nos fortes préoccupations. En effet, hier, le 18 septembre 2013, au soir, après la manifestation de protestation contre l’assassinat du jeune Pavlos Fyssas par un membre d’Aube Dorée, le service des urgences du département de chirurgie a reçu 31 manifestants, tous blessés par coups sur la tête.

Les blessés avaient reçus des coups de bâton, de casques, de bouclier et des coups de pied par les groupes DELTA et DIAS. Il y a également des dénonciations faisant état de pierres qui étaient lancées du côté de la police contre les manifestants, sur la tête, par des membres d’Aube Dorée.

Après avoir subi une intervention chirurgicale, un des blessés est hospitalisé au service d’ophtalmologie affecté de rupture du globe oculaire. Il dénonce que l’on lui a tiré directement sur le visage. Il risque de perdre pour toujours la vue d’un œil.

Nous appelons à la cessation immédiate de la politique de plus en plus agressive de répression appliquée par l’état mais aussi par les groupes paraétatiques, avant de pleurer d’autres victimes.

Le comité des médecins de l’hôpital Tzaneio

Une autre photo de blessures reçues dans le dos :

Blessures au dos

Blessures au dos