5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : la ligne rouge

18 septembre 2013

Opinion Société Traduction Aube Dorée Danger démocratie Fascisme Grèce Pavlos Fyssas

Même une crise a sa ligne rouge


243 mots   648       Comments

keratsinimurder
Par Nikos Xydakis

Le 18 septembre 2013 doit être considéré comme un appel pour le réveil de la démocratie grecque, les institutions du pays et ses citoyens.

Le meurtre du musicien  de 34 ans Pavlos Fyssas par des extrémistes est le point culminant d'une vague d'actes de violence au cours des derniers jours qui a commencé avec les attaques contre les grecs membres du parti communiste à Perama, menées par des partisans présumés de l'Aube Dorée.

Cela n'est pas une démonstration de puissance et de pouvoir dans les rues des quartiers symboliques de la classe ouvrière, ce n'est pas une guerre entre hooligans. C'est un cas de déstabilisation de l'Etat de droit, un déni pratique de la démocratie, une extension logique des pratiques politiques de ceux qui nient l'Holocauste et nient également que des personnes ont été tuées à l'école polytechnique d'Athènes durant le soulèvement contre la junte en 1973.

Le fascisme existe comme un élément de violence et de confrontation qui vise l'extermination totale de l'ennemi, de l'Autre. Tout cela mène à la destruction de la démocratie et la solution Finale.

Les pouvoirs constitutionnels doivent évaluer cette menace historique et y répondre politiquement et sans ambiguïté, tandis que la république grecque, à travers ses institutions, doit agir rapidement et efficacement, en utilisant tous les moyens légaux.

Même une crise a sa ligne rouge.

Traduction : Okeanews