5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grève des enseignants en Grèce : c'est l'affaire de tous!

12 septembre 2013

Education Traduction Enseignement Grèce grève licenciement

Le point de vue de "La souris" (To Pontiki)


465 mots   644       Comments

Pour le journaliste de "To Pontiki", Michalis, l'état de l'éducation nationale en Grèce est alarmant. Le projet de loi sur les licenciements et la mise en disponibilité des enseignants ne fait qu'accentuer les inégalités entre les élèves, et crée une éducation "à deux vitesses", qui sacrifie d'emblée les plus défavorisés. Pour lui, les mouvements de grève qui agitent et agiteront la profession sont l'affaire de tous : parents, élèves, enseignants et citoyens.

the-public-school-assembly-line-is-broken1378877592

Les présidents de la ELME locale et les membres de l’OLME ont décidé de 5 jours de grève reconductibles à partir du 16 septembre. Quid du gouvernement ? Il a préparé son slogan : « Le syndicalisme ferme les écoles », slogan qui à partir d’aujourd’hui nous sera jeté à la figure par les fabricants d’opinion publique !!!
Ce sont les mêmes qui suppriment par un trait de plume 50 spécialités des lycées techniques et professionnels et licencient 2000 enseignants de ces filières spécialisées sous prétexte que les droits professionnels fournis par l’EPAL sont en contradiction avec ceux de l’IEK.

Ainsi, environ 20000 des 93000 élèves des lycées techniques et professionnels ont à présent 3 choix : recommencer depuis le début certaines des disciplines restantes, payer des frais coûteux pour intégrer des écoles privées, ou quitter le cursus scolaire avec un diplôme d’études secondaires, ce qui fait d’eux un personnel non qualifié et donc peu payé.

Les 2000 enseignants qui ont été licenciés avant que ne soit votée la loi qui prévoit leur licenciement étaient professeurs dans ce type de filière spécialisée.

Et à côté de ça, l’européenne Repousi dit que le grec ancien devrait être obligatoire uniquement pour les étudiants des filières classiques de l’Université. « Pour les autres élèves, ça devrait être optionnel ».

C’est avec ce genre de citation que cette dame s’est fait une réputation d’être antipathique ! Nous lui rappelons tout de même que toute la sagesse de notre connaissance et de notre culture grecque se cache à l’intérieur de ces textes antiques, qui d’ailleurs sont enseignés jusqu’à aujourd’hui dans de nombreuses et très bonnes écoles du monde entier !!!

Mais apparemment, les enfants grecs doivent devenir eux aussi des élèves de l’Union européenne de seconde classe !!!

Pour cette raison et plus que jamais, cette lutte n’est pas seulement celle des enseignants. C’est avant tout une lutte pour l’éducation de nos enfants, bref, c’est le combat de tous. Si les parents ne comprennent pas cela, ce combat n’ira nulle part. C’est exactement ce que le gouvernement espère qu’il se passera.