5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

La Grèce autorise la vente des aliments dépassant la date limite d'utilisation optimale

27 août 2013

Politique Santé alimentation Grèce loi pauvreté

Les denrées de "conservation périmée" seront vendues à un prix inférieur et pourront avoir expiré depuis trois mois.


338 mots   742       Comments

Dès le premier septembre, les denrées dépassant la date limite d'utilisation optimale seront vendues à un prix inférieur et pourront avoir expiré depuis trois mois. La responsabilité exclusive quant au bon état sanitaire des produits incombera au vendeur. Leur vente sera interdite dans les locaux de restauration collective. Les amendes peuvent atteindre la somme de 5 000 euros. Une loi qui renvoie à des idées d’extrême pauvreté.

1729970_534_355

Signe des temps ? Peut-être. Pour la première fois l’on vendra en Grèce des produits dépassant la date limite d'utilisation optimale avec pour appât le prix réduit. Ces produits seront appelés « de conservation périmée » et leur vente sera autorisée à partir du 1er septembre, sous des conditions précises.

La Chambre professionnelle d’Athènes explique que ces denrées devront être clairement séparées des autres denrées alimentaires et porter l’indication « denrées alimentaires de conservation périmée. »

Le délai de vente de ces produits varie :

  • 1 semaine pour ceux dont la conservation minimum est indiquée par date précise (jour et mois) ;
  • 1 mois, pour ceux dont la conservation est indiquée par mois et an ;
  • 3 mois, pour les produits dont la conservation est indiquée par an.

Si la presse grecque parle d’amendes (en cas de changement des dates de péremption, de vente dans les lieux de restauration collective, etc.), plusieurs questions se posent : peut-on être sûr de ces contrôles quand la plupart des instances de contrôle manquent justement de personnel, et sachant que la « conservation » ne dépend pas uniquement de la denrée elle-même mais aussi de l’emballage du produit : si cet emballage est endommagé (même de manière non visible) le produit risque d’être dangereux.

Cette décision est en tout cas un nouveau coup dur pour les Grecs pour qui manger du périmé est impensable et renvoie, dans tous les cas, à des idées d’extrême pauvreté.