5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce : le ministre de la santé Adonis Georgiadis dans tous ses états

26 août 2013

Polémique Politique Santé Adonis Georgiadis Grèce

Après la promotion d'un livre antisémite, A. Georgiadis,ancien député d'extrême droite et désormais ministre de la santé, fait la démonstration de ses "compétences" de négociateur...


415 mots   1017       Comments

Samedi 24 août, le ministre de la santé Adonis Georgiadis s'est rendu à la polyclinique Amalia Fleming d'Athènes pour s'entretenir avec les employés concernant le projet  gouvernemental de mobilité des employés de la santé. Les employés, mobilisés pour l'occasion, l'attendaient de pied ferme.

0CF4C24BE8C27F8C4D26D951620776D6

Vraiment, Adonis Georgiadis ne doute de rien, et surtout pas de la politique menée par son gouvernement. Pris à parti par les manifestants devant l'hôpital, il répond sur le ton qui lui est coutumier, allant jusqu'à lancer un défi à l'un des manifestants :

Suite à cet évènement, le ministre de la santé s’est exprimé sur la chaine grecque Méga ce lundi, où il a qualifié les mobilisations de « honte », et a parlé « d’agitation au prétexte que [les employés] allaient être déplacés d’un kilomètre, d’Omonia à Evangelismos »

Comme les employés se mobilisent pour protester contre la fermeture de l’hôpital qui doit rouvrir comme centre de santé, à partir du premier septembre, le ministre de la santé leur a assuré qu’ils retrouveraient leur travail 16 jours plus tard, à l’hôpital Evangelismos.

Mais toute cette belle assurance n’a pas convaincu les employés. Christina Rapti, vice-présidente des salariés de la polyclinique a indiqué que si les employés ne sont pas congédiés maintenant, ils sont toutefois « rentrés dans le vestibule du licenciement ».

Dans le même temps, les travailleurs de la polyclinique se sont plaints que le ministre de la santé sacrifie la santé publique au profit du privé. Ils notent également que les citoyens du centre d’Athènes et particulièrement les plus âgés auront du mal à accéder à l’hôpital.

Adonis Georgiadis a répondu à ces critiques, en disant entre autres : "Vous faites tout ce scandale juste parce que vous allez d’Omonia à Evangelismos! Il aurait fallu qu'on vous licencie pour que vous compreniez la gravité de la chose!"

Il a rajouté : « Alors que les gens perdent leur travail, vous, vous faites toute une histoire pour un kilomètre ». Puis: « Honte à vous ! Montrez à la société que vous comprenez ! »

Puis il a invité les travailleurs à accepter "les règles de la démocratie" avant de s'exclamer: "le peuple nous a choisi, nous".

Enfin, le ministre de la santé a déclaré que ces mouvements ne venaient pas des travailleurs mais des gens encartés au KKE, au Syriza et à ANTARSYA.