5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

Grèce et austérité : baisse des naissances et forte augmentation de la mortinatalité

15 juillet 2013

Brèves Politique Santé austérité crise Grèce

L'étude montre que les naissances ont baissé de 10% tandis que le nombre de mort-nés a fait une progression de plus de 21% entre 2008 et 2011. La recherche actuelle a montré la forte corrélation entre l'augmentation du nombre de morts à la naissance et le recul dans l'accès aux soins de santé.


422 mots   732       Comments

Une recherche de l'Ecole Nationale de la Santé Publique a montré que l'austérité s'est accompagnée d'une forte baisse de la natalité et d'une augmentation rapide du nombre de morts-nés en Grèce, directement liés à l'augmentation du chômage. 

La recherche, dont les résultats ont été publiés dans Eleftherotypia de dimanche , a constaté que, de 2009 à 2011, le taux de natalité a baissé régulièrement, partant de 10,45 naissances pour 1000 habitants en 2009, 10,15 naissances pour 1000 habitants en 2010 et 9,39 naissances pour 1000 habitants en 2011 : une diminution globale de 10,13% en 3 ans.

Entre 2008 à 2011, le taux de mortinatalité a lui augmenté fortement de 21,5%, passant de 3,31 pour 1.000 en 2008 à 4,28 en 2009, 4,36 en 2010 et 4,01 en 2011.

Le rapport note que ces tendances ont accompagné la chute spectaculaire du PIB de 2009 à 2011 par 14,82% et l'augmentation des taux de chômage, en particulier chez les femmes, passant de 11,7% en 2008 à 24,5% en 2011.

Efi Simou, qui a mené l'étude, a déclaré:

"Les résultats de recherche ne devraient pas nous surprendre, car il est connu que les ralentissements économiques peuvent être associés à une réduction du nombre de naissances D'une part, les périodes de prospérité économique et de la croissance paraissent. être accompagné par des périodes de hausse des taux de natalité tandis que, d'autre part, un ralentissement économique signifie moins de naissances et une augmentation de morts-nés ".

"La baisse de natalité en Grèce depuis 2009 semble avoir suivi le rythme de la baisse du PIB pendant la même période", ajoute Simou, précisant que le pays a connu une augmentation du taux de natalité de 2003 à un peu après 2004, une période de prospérité économique et d'amélioration des conditions de vie de la population.

La recherche actuelle a montré la forte corrélation entre l'augmentation du taux mortinatalité et le recul dans l'accès aux soins de santé.

En Grèce, les gens qui sont au chômage depuis plus d'un an non seulement perdent leurs avantages, mais aussi leur assurance-santé publique.

"Le faible taux de natalité, couplée à une augmentation de la population âgée de plus de 65 ans, est alarmant. En temps de crise, comme celle-ci, il y a une nécessité impérieuse pour des politiques qui, d'une part, incitent  les couples à avoir des enfants et, d'autre part, proposent aux femmes des soins prénatals et périnatals, indépendamment de leur situation économique ou de leur situation d'emploi", a déclaré Simou.

* La version grecque originale de cet article est parue dans l'édition imprimée de Eleftherotypia le 14 Juillet