5 ans d'actualité indépendante sur les crises en Grèce

SYRIZA: « Georgiadis fait un clin d’œil à Aube Dorée » ...

3 juillet 2013

Droits de l'homme Politique Santé Adonis Georgiadis Aube Dorée Grèce loi Nouvelle Démocratie racisme Stigmatisation Syriza

... en réinstaurant les conditions de police sanitaire racistes


337 mots   646       Comments

«En violant tout sens de licéité et de déontologie médicale, en faisant un clin d’œil à la formation fasciste d’Aube Dorée, sous prétexte de limiter la transmission de maladies infectieuses et de protéger la santé publique, M. Georgiadis fait de la police et des mécanismes de répression des protagonistes et aborde la maladie comme s’il s’agissait d’un crime », relève SYRIZA à propos de la réinstauration des conditions de police sanitaire racistes « en vue de la prétendue limitation de la transmission de maladies infectieuses. »

SyrizaGeorgiadisAubeDorée

"La réinstauration des conditions de police sanitaire raciste de Loverdos [voir ici], en vigueur avant les élections, qui avaient été abolies il y a à peine un mois par l’ex-ministre de la santé, confirme le rôle que le nouveau ministre, M. Georgiadis, a à accomplir", souligne le communiqué de SYRIZA.

Et de conclure :

Le triomphe de l’hypocrisie et l’émergence de tous les réflexes phobiques de la société constituent une arme visant à neutraliser les citoyens et à imposer les choix désastreux de la politique d’austérité.

Il semble que les millions de nos concitoyens privés de sécurité sociale et qui n’ont pas accès à des soins médicaux et des médicaments suffisants, les milliers d’enfants non vaccinés, les campagnes de pulvérisation qui n’ont pas eu lieu pour lutter contre les maladies transmises par les moustiques, comme le paludisme et le virus du Nil Ouest, les carences en médicament antirétroviraux et autres, le manque de personnel, l’affaiblissement et la fermeture de structures de santé, etc., fruits des gouvernements des mémorandums des trois dernières années et dont M. Georgiadis est fervent adepte ne préoccupent pas ce dernier.

Il est évident que, ceux qui jouent aux responsables, démantèlent tous les jours et avec méthode le système national de santé et mettent en péril la santé du peuple grec".